Havas Paris : bilan, projets et culture d'agence

Le 13/12/2017 à 15:47 par Amelle Nebia

"C'est une bonne année" explique Julien Carette, président directeur général d'Havas Paris "nous achevons 2017 avec 80 millions d'€ de marge brute et plus 20 millions de new business. Nous avons été récompensé de 35 prix parmi lesquels deux Effie. L'agence, qui a changé de "tête" en mai dernier et en pleine année présidentielle, parachève sa mue. Havas Paris arrive, selon Limelight, à la première place des agences en terme d'attractivité et quatrième sur l'item créativité (après BETC, Buzzman et Marcel). "Dès les premières semaines de 2018, nous mettons en place un nouveau modèle d'agence" poursuit Julien Carette "elle sera structurée autour de la transformation, de l'engagement et du commerce. 150 consultants travailleront au sein d'un unique pôle conseil. Les expertises transversales de l'éditorial, de l'event et du digital irradieront chacune de ces problématiques". La création, qui regroupe une centaine de créatifs, fusionne avec la production et ses producteurs. Havas Paris intensifiera sa culture de "maker" avec la création de deux cellules créatives. L’Atelier de Jean, un studio de création et de production qui permet de modéliser et d'imprimer des objets en 3D, de fabriquer manuellement des prototypes etc. La Picture Box, un micro studio photo et vidéo, qui réalise des images fixes et animées pour produire très rapidement du "snack content" pour les marques clientes qui versent dans le newsjacking. Julien Carette précise que "les offres d’expertises spécialisées demeurent. C'est le cas de Havas Shopper, International & Institution, Legal et Litigation, Coaching, People, China Desk (dont la direction est confiée à Wanchen Chung) ou AMO (communication financière). Au sein du Village, Havas Paris intègre un "collectif de talents au delà de ses frontières" avec Havas Events, HRCLS (Hercule - production son), Havas Productions et Havas Digital Factory sollicitées pour leurs expertises pointues.

Encore plus de conseils

"En 2018, nous voulons être encore plus efficaces et continuer à placer le consulting au coeur de notre culture" continue Julien Carette, "les activités de conseils contribuent déjà pour plus de la moitié de nos revenus". La menace des sociétés de conseils pour les agences ne semble pas trop inquiéter le nouveau président qui parle plutôt "d'hystérisation du sujet" confirmant que les "expertises créatives, événementielles et de mise en oeuvre des idées sont chez nous. Pas dans les sociétés de conseils". Christophe Coffre, président et directeur de la création d'Havas Paris, ajoute que "susciter de l'émotion, c'est notre métier. Les sociétés de conseils en sont tout de même très loin ! L'argent ne peut pas tout".

Enfin, la vision de l'agence sera, en 2018, incarnée par son engagement dans la société. L'Arrondi Solidaire (micro don) sera proposé aux salariés, par exemple. Une étude, à paraître courant janvier, donnera le ton et précisera cette vision. Elle s'attaquera au sujet de l'engagement des marques dans la politique. Entre le "praf" - plus rien à foutre, l'expression et le titre de l'ouvrage de Brice Teinturier d'Ipsos - et l'envie de faire de la politique autrement, il y a une place à occuper pour les agences. Intégrer la dimension de l'intérêt général de l'entreprise est un projet d'Emmanuel Macron. Il sera précisé en janvier sous le sigle SOSE pour Société Objet Social Etendu.

Des formats

En 2017, l'agence a innové en créant plusieurs formats remarqués. Qu'il s'agisse du rapport d'activité sous forme de roman pour la BPCE (L'intrigant Monsieur Langley) dont la suite se prépare, de la bande dessinée digitale pour l'Armée de l'Air, de la campagne mobile first pour Orange Bank, de l'organisation de brand show pour Orange (Hello) ou Idemia, de la présentation des musiciens du métro à l'Olympia à la récente opération radio (avec Radio Nova) pour les 40 ans du RER ou encore du film à grand spectacle The Race pour EDF. "Nous n'avons pas de doxa créative" précise Christophe Coffre, "nous sommes sérieux, tout en essayant d'être divertissant. Nous devons être encore plus agiles et passer d'un grand film à la production d'un Gif avec une réponse créative cohérente et efficace."

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°68-Juin Juillet 2018

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire