L’ARPP saisit son jury de déontologie pour la campagne de RichMeetBeautiful.fr

Le 26/10/2017 à 19:51 par Amelle Nebia

L’attention de l’ARPP a été attirée par la campagne du site internet de rencontres RichMeetBeautiful.fr. Cette publicité, qui utilise l’image d’un couple allongé, accompagnée du texte « Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant. Sortez avec un Sugar Daddy, Sugar Mama », fait l’objet d’une diffusion par voie d’affichage sur un support mobile se déplaçant sur la voie publique, à proximité des universités parisiennes. Pour l’ARPP," cette publicité qui incite des jeunes gens étudiants à avoir des relations intimes afin d’améliorer leur situation financière, suggère une idée de soumission sexuelle, banalise des situations de soumission et de dépendance et sont en ce sens de nature à choquer le public". Le directeur général de l’ARPP a donc demandé à l’annonceur la cessation de la diffusion de cette publicité, puis en a informé la présidente et la vice-présidente du Jury de Déontologie Publicitaire, dans les conditions prévues par l’article 17 de son règlement intérieur. Ce cas fera l’objet d’un examen dans le cadre de la procédure d’urgence prévue ainsi par le règlement intérieur du Jury, lors de sa plus proche séance. Du point de vue de l’application des règles déontologiques en vigueur, cette campagne contrevient gravement aux règles contenues dans la Recommandation de l’ARPP « Image et respect de la personne», qui reprend dans son préambule, les principes élémentaires de respect et protection de la personne, énoncés par le Code de la Chambre de commerce internationale (ICC) sur les pratiques de publicité et de communication commerciale, en particulier les points relatifs au respect de la décence, de la dignité et ceux prohibant la soumission, violence ou dépendance.

Déjà condamnée

L’analyse de l’ARPP rejoint en ce sens celle de son homologue belge, le Jury d’Ethique Publicitaire, également saisi de nombreuses plaintes de particuliers, qui vient de rendre une décision d’arrêt portant sur une affiche similaire de cet annonceur. Dans sa décision (http://www.jep.be/fr/nouvelles/rich-meet-beautiful-03-10-2017-decision-darret), le JEP a relevé plusieurs manquements aux dispositions du Code ICC - qui s’applique dans plus de 130 pays -, ainsi qu’aux règles applicables en Belgique, relatives à la représentation de la personne et à la responsabilité sociale. Le Jury a également demandé à l’annonceur de ne plus diffuser cette publicité.

La société RichMeetBeautiful Holding Ltd (sise à Malte) n’a pas pris en compte les principes déontologiques élémentaires applicables à toute publicité, qui lui ont été ainsi signifiés. De surcroît, le dispositif de diffusion publicitaire employé n’apparaît pas respecter les conditions de légalité imposées par le Code de l’environnement ou celles du règlement local de publicité de Paris. Cette campagne publicitaire méconnaît donc les règles juridiques et déontologiques applicables à la publicité et paraît, à ce titre, susceptible de nuire gravement aux efforts de l’autorégulation professionnelle mis en pratique par l’immensité de toute une filière économique pour ce qui est de la diffusion d’une publicité responsable, attentive à l’image de la personne en publicité, qui plus est dans un contexte où les situations de dépendances sexuelles sont fortement dénoncées par l’opinion publique. 

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°62-Novembre 2017

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire