Dérégulation de la pub TV : des organisations de la presse écrite, affichage et radio en opposition

Le 02/11/2017 à 17:01 par Thierry Wojciak

Des organisations de la presse écrite et de l’affichage ainsi que le pôle radio de Lagardère Active et le SIRTI se sont opposées catégoriquement jeudi à tout nouvel assouplissement des règles encadrant la publicité à la télévision, qui font l'objet d'une consultation lancée par le gouvernement. Ces organisations arguent que "tout nouvel assouplissement" ne ferait, comme les précédents (tels que l'ouverture progressive de la publicité pour la distribution et le cinéma, de 2003 à 2007), qu'opérer un "transfert massif" des recettes publicitaires des médias traditionnels vers les chaînes de télévision, sans faire croître globalement le marché publicitaire français.

Les signataires incluent les fédérations professionnelles de la presse écrite (SPQN, FPPR, UPREG, FNPS, SEPM Marketing & Publicité), le pôle radio du groupe Lagardère Active (Virgin Radio, Europe 1 et RFM) et le syndicat des radios indépendantes (SIRTI), ainsi que l'Union de la publicité extérieure (UPE). Ils estiment que la dérégulation de la publicité à la télévision affaiblira les médias traditionnels, dont les recettes publicitaires ont chuté de 27% de 2000 à 2016, alors que parallèlement les recettes pubs des télévisions ont augmenté de 5%, selon les données de l'Institut de recherches et d'études publicitaires (Irep). "Dans la conjoncture extrêmement tendue que nous traversons", disent-ils, l'assouplissement des règles "menacerait la santé, voire la survie, de nos médias et des emplois associés, ainsi que leur contribution évidente au pluralisme de l'information et à la richesse du paysage médiatique et culturel". Le ministère de la Culture a lancé en août une consultation publique sur la simplification des règles en matière de publicité à la télévision et de télé-achat. Un double objectif est affiché : soutenir économiquement le secteur audiovisuel et corriger une concurrence inéquitable avec les plateformes numériques, qui bénéficient de règles beaucoup moins contraignantes que les groupes audiovisuels.

La consultation, à laquelle les acteurs du secteur pouvaient répondre jusqu'à mi-octobre, porte notamment sur des pistes de réformes telles que la levée des restrictions sur la publicité pour les films et les livres à la télévision, l'autorisation des publicités à caractère promotionnel, l'augmentation de la durée et de la fréquence des coupures publicitaires ou encore l'assouplissement des horaires de diffusion des émissions de téléachat.

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°62-Novembre 2017

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire