Radio France : en attendant le plan stratégique, la grève...

Le 06/04/2015 à 14:01 par Thierry Wojciak

La ministre de la Culture et de la Communication a estimé, vendredi, dans un entretien à l'AFP que le PDG de Radio France Mathieu Gallet avait "toutes les cartes en main pour sortir du conflit", l'appelant à "rétablir le dialogue social" alors que le conflit est entré dans sa troisième semaine. Fleur Pellerin a adressé un courrier en ce sens à Mathieu Gallet qui a annoncé "en conséquence", dans la soirée, "une nouvelle réunion de négociations samedi pour trouver une issue au conflit social et partager au plus vite le projet stratégique avec les collaborateurs de Radio France et leurs représentants". "Il faut qu'il sorte de ce conflit mais c'est à lui de rétablir le dialogue social", a insisté la ministre. Tout en jugeant "nécessaire" un plan de départs volontaires, elle estime que "l'emploi n'est pas la seule variable d'ajustement".

La tension est montée d'un cran vendredi dans le conflit, avec le vote d'une motion de défiance contre le PDG. Le personnel a aussi voté la poursuite de la grève jusqu'à mardi matin. Le mouvement, que les journalistes ont rejoint vendredi, a été reconduit massivement lors d'une assemblée générale du personnel à laquelle assistaient entre 300 et 400 salariés (sur 4300 salariés à temps plein au total). Il s'agit de la grève la plus longue depuis dix ans à Radio France. Elle coûte un million d'euros par semaine au groupe public. "Mathieu Gallet a dit que Radio France risquait de ne pas passer l'été, lui doit partir sans délai", dit le texte de la motion, soutenue par les syndicats. Mais le PDG a pour sa part exclu de démissionner. "Au-delà de sa défense pathétique et de sa stratégie de communication, Mathieu Gallet persiste dans son mépris du dialogue social", souligne le texte de la motion. L'intersyndicale a réclamé "un véritable projet d'avenir, et non le démantèlement de la radio de service public". "On ne peut plus discuter avec l'équipe actuelle qui est complètement discréditée, il n'y a plus aucune négociation depuis trois jours", a déclaré à l'AFP un élu CFDT.

Mathieu Gallet doit présenter ce mercredi, lors d'un CCE extraordinaire, son plan stratégique destiné à redresser les comptes de la Maison ronde, lourdement déficitaire. A la recherche d'économies, le gouvernement lui demande de réformer Radio France sans dépenser plus, comme il l'a fait pour d'autres acteurs du secteur public. M. Gallet a dit envisager 200 à 300 départs volontaires chez les salariés seniors. Selon le ministère, "dans le projet qu'il a présenté à la ministre, Mathieu Gallet envisage 300 à 380 départs volontaires notamment chez les seniors". Tout en jugeant "sans doute nécessaire" un plan de départs volontaires, la ministre estime pour sa part que "l'emploi n'est pas la seule variable d'ajustement". La ministre souhaite aussi qu'un "chantier de modernisation sociale" fasse partie de la discussion avec les représentants des salariés car "le modèle d'organisation du travail à Radio France doit être plus juste et plus efficace". Elle a ainsi évoqué "des mesures de modération des plus hauts salaires et de résorption de la précarité", ajoutant que "cette dimension doit compléter le projet de Mathieu Gallet". Mathieu Gallet demande aussi à l'Etat une rallonge d'urgence pour payer la fin du chantier de la Maison de la radio, qui plombe les finances de l'entreprise. "La trésorerie est à sec, si rien n'est fait on ne passera pas l'été", a-t-il affirmé jeudi sur iTELE.  Fleur Pellerin a dit à l'AFP s'engager "à ce qu'il y ait une dotation en capital pour financer la fin du chantier", qu'elle n'a pas chiffrée.

Les radios privées menaçantes...

Dans un communiqué commun dimanche, le Bureau de la radio représentant les intérêts des grands groupes radiophoniques, le Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes (SIRTI), le Syndicat des réseaux radiophoniques nationaux (SRN) et le Syndicat des radios généralistes privées (SRGP), se sont "insurgés" contre les rumeurs courants une fois encore autour de la possibilité de voir Radio France avoir accès à la publicité des marques sur ses antennes. Si ces informations se confirmaient, elles "porteraient lourdement atteinte au marché publicitaire, dont elles tirent leurs seules ressources", indiquent-ils. Citant au passage le récent rapport de la Cour des Comptes sur la Maison ronde qui concluait qu'il "serait regrettable que l’ouverture de la publicité constitue un moyen pour Radio France de s’épargner les efforts de productivité dans lesquelles elle doit s’engager", les syndicats rappellent que "ce n'est pas aux radios privées de faire les frais de l’incapacité de la tutelle à empêcher la dérive des coûts de Radio France et à ajouter aux ressources prélevées sur le contribuable, celles ôtées aux radios privées". Ils ajoutent prendre "acte que le service public peut s’exonérer du respect de la loi et des règles". En rétorsion, elles annonces qu'"elles appliqueront les mêmes méthodes et procèderont à des annonces en ce sens dès les prochains jours, notamment en ce qui concerne leurs conventions signées avec le CSA, le respect des quotas radiophoniques, voire certaines obligations fiscales".

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°61-Octobre 2017

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire