TF1 : Nonce Paolini, sans tambour ni trompette

Le 16/02/2016 à 18:30 par Thierry Wojciak

Nonce Paolini, qui quitte jeudi à 67 ans la présidence du groupe TF1 car il a atteint la limite d'âge, a afffirmé mardi sur Europe 1 partir "sans amertume". "J'ai vécu neuf années assez extraordinaires avec une équipe avec laquelle je me suis merveilleusement entendu", a estimé Nonce Paolini, qui prend sa retraite après près de 30 ans passés au sein du groupe Bouygues. Il sera remplacé par Gilles Pélisson, 58 ans, en qui il a "parfaitement confiance" et avec qui "le passage de témoin se fait dans d'excellentes conditions". Revenant sur ses fonctions de PDG de TF1, il a reconnu que "le début était dur" : "On avait des programmes un peu vieillissants. Quand j'arrive, la TNT, c'est 2,5% d'audience, aujourd'hui c'est 20%, il y a eu une révolution absolue sur ce marché et en même temps le marché publicitaire s'est effondré", raconte-t-il.  "C'était une période de transformation. Il fallait à la fois renouveler les programmes, se renforcer sur la TNT, (...) il y a eu la crise de 2008/2009, avec des chiffres d'affaires en berne pour toutes les télévisions y compris pour TF1. Ça a été aussi un renouvellement d'équipe qui s'est fait petit à petit", se rappelle-t-il.  "On ne peut pas dire que la situation était très simple à gérer", a-t-il jugé, admettant que "les deux, trois premières années, je manquais sans doute un peu d'expérience", évoquant des ratés dans "certains compartiments du jeu".

Toujours côté programmes, il y a aussi eu "des paris formidables", selon lui : "Quand je signe +Danse avec les Stars+ ou +The Voice+, la danse de salon tout le monde m'explique que c'est suicidaire, et pour +The Voice+, après la fin de la Star Ac, difficile de croire qu'on va faire 13 soirées à succès", s'est-il félicité. Nonce Paolini est également revenu sur ses rapports avec les journalistes vedettes de la chaîne, au terme d'une présidence qui aura vu l'éviction de deux vedettes du JT, PPDA en 2008 et Claire Chazal, en septembre dernier.  "On n'a pas fait de grand ménage. La réalité, c'est qu'à un moment donné, il faut évoluer avec son époque et que beaucoup de choses changeaient mais que l'information restait quasiment marmoréenne", a-t-il estimé.  "Dans le milieu de l'audiovisuel, une séparation ne peut jamais bien se passer avec une star, quoi que vous fassiez c'est forcément compliqué, soit attisé par l'extérieur, soit par l'amertume. Moi, je pars sans amertume", a-t-il assuré.

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°51-Septembre 2016

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire