Les tribunes sont publiées sous la responsabilité de leurs auteurs

Pour une définition claire du native advertising

Le 20/05/2016 à 07:38 par Philippe Besnard

Le native ad est l'avenir de la pub. A condition qu'il respecte certaines règles. Par Philippe Besnard, CEO et co-fondateur de Quantum Advertising.

La publicité native est en pleine croissance et devrait rapidement représenter 20% des investissements publicitaires digitaux. Elle permet aux annonceurs d’établir un lien fort avec les internautes sans perturber leurs expériences de navigation. Cela arrive à point nommé puisque la publicité traditionnelle display est de plus en plus critiquée car trop abondante, intrusive et souvent mal ciblée. Le déclin du « Display » et l’inquiétante explosion des ad-blockers déstabilisent les acteurs de la publicité en ligne et obligent les éditeurs à repenser leur modèle économique.

Des annonceurs en quête de solutions intégrées.

La publicité native représente aujourd’hui la seule véritable alternative à la saturation publicitaire qui dévalorise le media internet. Elle réunit 3 éléments capitaux pour engager l’internaute : la qualité d’intégration visuelle, l’éditorialisation du message et les possibilités de ciblage. Une étude réalisée en 2015 par Monolith Partners, à l’initiative de Quantum Advertising, a d’ailleurs montré qu’une écrasante majorité d’annonceurs premium souhaite utiliser ces solutions pour délivrer dans de meilleures conditions les messages de leurs marques.

Rappelons à ce stade ce dont il est question : la publicité Native est un message publi-rédactionnel, intégré visuellement et éditorialement à chacun des sites qui le diffuse. Elle existe sous trois formes :

Native Social : diffusion dans le fil d’actualité des réseaux sociaux.

Native Evénementiel : opération spéciale sur-mesure entre un site et un annonceur.

Native Editorial : intégration dans le flux de contenu des sites, assortie à chaque site.

Elle se caractérise par :

Une annonce intégrée au flux de contenu de l’éditeur

Une annonce assortie à la charte graphique de l’éditeur

Un message informatif et éditorialisé

Un espace dédié à un unique annonceur

Les différences fondamentales entre Native  et Content Discovery.

Le succès du native advertising pousse de nombreuses régies et fournisseurs de technologies à se positionner en solution native dans une interprétation trop large de cette catégorie. C’est particulièrement le cas des liens-texte de bas de page redirigeant l’internaute vers des contenus publicitaires ou éditoriaux.

Les solutions de recommandation de contenus proposées par Outbrain, Taboola, Ligatus ou Revcontent suivent une approche très différente de celle du Native, même si elles ont en commun avec le Native le fait de ne pas être du « display » standard.

Les « liens éditoriaux » proposés par ces acteurs du marché s’inscrivent dans un moment de navigation et d’attention très particulier (l’arrivée en  fin d’article)  leur niveau de clic est naturellement élevé car ils représentent une « porte de sortie » après la consultation d’une page. Mais « faire circuler » ne signifie en rien « engager ».

En outre, les liens de « content discovery » ne sont ni dédiés à un annonceur, ni adaptés au style visuel de chaque site, deux éléments constitutifs de la magie du Native.  Et si leur grand mérite est de permettre une recirculation de l’internaute entre différents sites, leur faiblesse est peut-être une tendance à la multiplication qui confine à la saturation. Saturation qui existe déjà si l’on en croit l’article récent du Canard Enchainé qui critique « ces parasites qui gavent les sites d’infos » et  compare les internautes à « des oies que l’on gave de force », et celui du JDN qui déplore la présence « de parasites qui racolent sur les sites Médias au détriment de l’expérience utilisateur ».

La véritable publicité native, celle que pratiquent des TripleLift, Quantum, Sharethrough,  est dédiée, intégrée, éditorialisée. Elle fait remonter vers nous le contenu et la substance des marques. Elle est sans doute le sésame vers la « prémiumisation » du media digital. Prenons garde à ne pas en faire un terme générique, en simple opposition avec « bannière » standard, faute de quoi la déception sera au rendez-vous pour l’annonceur comme pour l’éditeur.

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°62-Novembre 2017

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire