Les tribunes sont publiées sous la responsabilité de leurs auteurs

Retour de Las Vegas

Le 16/01/2018 à 19:15 par Patrice Begay

Patrice Bégay, directeur exécutif en charge de la communication de Bpifrance, livre son ressenti sur l'édition 2018 du CES.

Pour moi  le CES est un salon avec des produits principalement en hardware avec des innovations qui s'adressent directement aux consommateurs. La France y est très largement représenté; 3e pays le plus représente après les USA et la Chine.  Ce sont des innovations en tout genre qui y sont représentées: de la pet tech (innovation canine) à la health tech (innovation dans le domaine de la santé, souvent pour venir en aide aux personnes isolées) en passant par la sport tech, les innovations présentes sur le salon sont des innovations que nous trouverons sûrement demain dans tous les foyers.


Tout est immense dans ce salon, les hôtels sont immenses, les halls sont immenses, la ville entière est mobilisée autour de cet événement rempli d'entrepreneurs, d'investisseurs, de journalistes...

J’adore ceux qui partent à l’attaque des géants. J’ai vraiment été impressionné par cette immensité de talents et des  lieux majeurs du CES (Sands Expo, Venetian, LVCC, Westgate).
 
80% du CES reste une « foire » dans le sens noble du terme consacrée à des produits prêts à être commercialisés et donc essentiellement en recherche de distributeurs et de clients finaux. Cette partie, essentiellement exposée au Las Vegas Convention Center, fait la part belle aux grands groupes industriels qui trustent l’espace physique et médiatique. La structuration de l’exposition par CTA est de nature à privilégier une organisation par famille de produits sur lesquels sont présents des acteurs à même de prendre de la surface : Automobile, Réalité Virtuelle/augmentée, IOT, Drones, Technologies mobiles…au détriment d’une lecture par tendance tech qui serait plus pertinente pour mettre en valeur l’innovation mais sans doute moins lucrative pour l’organisateur. A titre d’exemple, les fintech, les insurtech, la cybersécurité, l’IA sont des secteurs très peu représentés. Tout simplement car leur pouvoir « démonstratif » est moins puissant. 
 
Les 20% restants et notamment l’Eureka Park et Smart Cities sont les plus intéressants car ils illustrent les potentielles pépites de demain et les réelles tendances drivées par la technologie et non par le marketing des grands groupes. Ces espaces sont d’ailleurs nommés « market places » par l’organisateur qui promet aux exposants d’y rencontrer des investisseurs et des médias. L’Europe et particulièrement la France tirent leur épingle du jeu grâce au dynamisme des écosystèmes et au travail des acteurs comme Bpifrance aux côtés des jeunes pousses et des PME. La présence des acteurs en nombre et la lisibilité donnée au sein des pôles régionaux et une promotion fantastique pour la R&D et l’industrie européennes et surtout française (on sort du lot sans chauvinisme).
 
Cela confirme notre choix d’organiser  des big events en France pour assurer la promotion de nos futurs champions, comme Global Industries en France fin mars, VivaTechnology en mai prochain ou Bpifrance Inno Generation le 11 octobre prochain  à l’Accorhotels Arena. C’est une étape qui sera indispensable avec la maturité de la French Tech et le développement de la French Fab, le nouveau nom de la famille de l’industrie en France et à l’international 
 
Le CES est avant tout le rêve de tout entrepreneur de venir présenter à la face du monde comment sa solution répond aux attentes d’un marché exigeant en attente d’innovation. On s’y prépare comme pour les jeux olympiques mais une fois sur place impossible de rêver tout est géant et va très vite.  Chacun y arrive avec un passeport et un projet différent mais l’enjeu est unique et chacun subira la même règle. En effet Le CES est un Pitch non-stop de 4 jours à l’image de cette ville de qui ne dort jamais. L’important est d’y participer pour qu’au bout du tunnel de ces 96 heures apparaissent plus de visibilité, de clients, d’investisseurs et l’adaptation de son projet au marché de l’innovation. Par exemple l’entreprise BOOkmyHELO y participe pour la deuxième fois avec sa solution de mobilité aérienne pour la smart city qui offre une alternative immédiate à l’engorgement croissant du monde urbain.
Le CES c’est un rendez-vous majeur.
En premier lieu pour nos startups, par exemple  plus de 40 venues de la région Sud Provence Alpes Côte d'Azur cette année. Prenons l’exemple d’Euroméditerranée, plus grande opération de renouvellement urbain et de développement économique en centre-ville d'Europe, l'enjeu est double. Il s'agit tout d'abord pour eux de rencontrer et séduire des entreprises étrangères porteuses de projets d'investissement et susceptibles de choisir Marseille pour les réaliser.
Ils ont un second objectif est de mieux comprendre la façon dont les évolutions technologiques vont transformer les modes de vie des citoyens : leur mobilité, leurs modes de consommation, leur activité professionnelle et leurs loisirs, leurs relations aux autres...
Un aménageur doit se projeter à 20 ans et réaliser des infrastructures pérennes.
L'arrivée des voitures connectées, le développement de l'autopartage, la demande de modes doux ont des implications directes sur la conception et le dimensionnement des voiries et des parkings par exemple. Les opérations qu’ils développent aujourd'hui tiennent déjà compte de toutes ces transformations à l'œuvre pour adapter logements, bureaux, hôtels, équipements publics, espaces commerciaux...
Ici au CES de Las Vegas, l’aventure c’est la France et c’est l’Europe !
Amitiés 

Patrice Bégay
Directeur Exécutif
Directeur de la Communication & Bpifrance  Excellence

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°71-Novembre 2018

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire