Christophe Pinguet (Shortcut) : "Qui mieux que l’événementiel peut organiser un retour au bonheur ? "

Christophe Pinguet
(© © Olivier Roller)

Nous confinons, vous confinez, ils confinent. Et CB News continue ses rendez-vous matinaux avec les acteurs de la communication. Aujourd'hui, rencontre avec Christophe Pinguet,  cofondateur et directeur associé de l'agence Shortcut.

1) Comment -vous et votre agence- allez-vous?

Au-delà de notre agence – Shortcut – c’est notre profession toute entière qui connait une crise abyssale. Inédite. Immesurable pour le moment. Nous pratiquons notre métier depuis 30 ans. Shortcut à 23 ans. Et, malgré une trajectoire extrêmement sexy de croissance dans la constance, jamais nous n’avons imaginé que tout serait tout le temps sans aucune complication ! Même s’il est limpide de confirmer le caractère effroyable de cette crise soudaine et multi-facettes, il était important, pour Lionel Laval et moi-même, de devoir prévoir et de devenir qu’un tel moment pouvait arriver. Nous avons toujours inclus une dimension de capital-risque dans nos activités. En tant qu’indépendant et avec notre taille, l’un des paramètres majeurs de survie est forcément notre capacité passée à mettre en place une gestion drastique composée notamment de fonds propres importants.

Doit-on maintenant rester à ne rien faire ? Et nous lamenter ?

Doit-on passer notre temps à commenter sans cesse l’actualité qui nous déborde ?

Doit-on attendre en critiquant tout, et tout le monde, dont nos Dirigeants ?

Allons ! Ce n’est pas dans notre tempérament, ni d’ailleurs dans notre trajectoire professionnelle ou ADN personnel de le faire. Les évènements et l’événementiel ne sont pas morts. Il faut juste retrouver une raison d’être, forte et sincère. Être agiles et habiles ! Malins et ambitieux. Vertueux aussi ! L’État apporte une aide sans précédent à la profession dont nous faisons partie. Dont nous sommes un référent reconnu... Le Président de la République, le Ministre de l’Économie, le Ministre de la Culture, et plus généralement les Autorités dont la Maire de Paris, ont compris les enjeux et les urgences et offrent avec dextérité un soutien actif via des mesures de sauvetage.

Alors, il faut éviter de se plaindre et de subir les choses.

Nous sommes des créateurs d’événements, nous sommes parfaitement habilité à rebatir notre univers d’expression, créatif et culturel… Créons notre avenir réinventé comme nous avons habituellement pour mission de créer la stratégie de communication des entreprises et des marques qui nous font confiance ! Comme depuis la genèse de notre métier...   De Vatel à Shortcut, notre métier est invention ou réinvention. Continuons de le faire en s’auto-appliquant ce savoir et cette expertise ! Notre Nation, nos entreprises-clientes formidables, le public, les consommateurs, les médias, les Institutions vont avoir besoin de nous. Autrement ! Humblement ! Grandement ! Merveilleusement ! Généreusement ! Le monde aura besoin de bonne volonté mais aussi, de notre profession et de Shortcut. Notre signature le #frenchsavoirfaire est une valeur sure ... En effet, le savoir-faire très français, si poétique, si romantique, si pertinent ou impertinent, si audacieux, si créatif et si précis… est un fondamental pour la reprise ! Il va falloir accompagner, consoler, émouvoir, imager, informer, célébrer, motiver émerveiller ! Réunir, certainement autrement, mais tout autant ! Encore plus ! On est prêt ! On est là. Là, pour ça ! Shortcut est là pour ça !

2) Comment les demandes de vos clients et partenaires ont-elles évolué?

Lol ! D’organisateurs d’événements (plus de 120 par an en moyenne), nous sommes devenus les experts - en 1 mois - dans l’annulation des manifestations ! Oups !  Nos clients ont apprécié notre proactivité, notre écoute, notre compréhension des situations.  Le travail d’annulation, au delà de sa triste composante émotionnelle, est clairement un devoir de précision. Respecter les accords commerciaux, respecter les fournisseurs, respecter les tiers, dont les intermittents. Enfin, soulager de mille poids ceux qui, à l’origine, nous ont contactés ou contractés pour nous donner du travail. Respect leur propre situation puisqu’il était clair que Shortcut et ses collaborateurs étaient respectés. En parallèle, l’agence Shortcut est reconnue et comprise pour sa composante organisationnelle, et pour toutes crises, dont une crise sanitaire, il est certain que notre savoir-faire dans la mise en place de principse ou de process nous permet de développer des activités d’une autre dimension ! Innover, là-aussi, est passionnant !

3) Avez-vous - au moins - une bonne nouvelle à nous transmettre?

Une seule ? Une seule bonne nouvelle ? Beaucoup plus… Plein ! Déjà avoir l’opportunité de répondre à une interview de CB News !!! C’est la meilleure bonne nouvelle du jour, non ? Cela me met en joie ! Après, avoir des appels des dirigeants des grandes entreprises ou de leurs collaborateurs, soit pour des conseils stratégiques, soit par amitié professionnelle… Cela est déjà le constituant de bonnes nouvelles à venir ! Plus encore ? Une bonne nouvelle pour tous à Shortcut… Nous profitons de l’équation du télétravail et du chômage partiel pour mettre en place une extraordinaire cession de formation professionnelle – avec Hub Institute – constituant à renforcer notre culture business sur les sujets liés à la transformation digitale et au marketing relationnel. Enfin, certaines de nos productions imminentes ont été repensées et re-masterisées pour se transformer en formats hyper innovants… Et, nous avons la chance d’offrir, dans un esprit de solidarité et de bénévolat, des prestations à des institutions, comme par exemple Gustave Roussy et la lutte contre le cancer, en assurant le maintien d’opérations prévues et planifiées avec la crise, alors que les budgets de communication sont maintenant attribués pour contrer, dans le quotidien opérationnel, le Covid-19. Avoir un rôle sociétal majeur a toujours été un leitmotiv et une réalité à Shortcut, pour Lionel Laval et moi-même. Plus généralement… Nous aidons dans une grande dynamique et efficacité ceux qui ont des besoins.

4) Comment entrevoyez-vous la suite?

Mon modus operandi est simple : la prudence plutôt que l’urgence.  Notre profession risque d’être empêchée pour longtemps. Les aléas qui composent ce virus sont immenses. Au-delà du problème sanitaire, le constat économique est infernal. Vous y ajoutez la problématique sociétale, sécuritaire et migratoire et vous pouvez comprendre que le schéma est celui d’un tsunami pernicieux ou d’une déflagration quasi nucléaire. Au de-là de l’aspect humain, du deuil, des emplois perdus… Il faut se donner de l’espoir ! Et il faut faire confiance en la vie, la joie, le futur plaisir d’être ensemble et de se retrouver. Qui mieux que l’événementiel peut organiser un retour au bonheur ?  À Wuhan, le soir du dé-confinement, se sont 10 millions de personnes qui sont sorties de chez elle dans les rues, un brin hagardes, pour regarder, émerveillées, la ville se mettre en lumière… Un show de lumière gigantesque aux retombées planétaires… Cet événement fut le premier retour à la vie en respectant les distances sociales. Shortcut n’est pas dans un esprit d’une telle dimension… quoi que J, mais en aime l’esprit et la vivacité d’une nouvelle ère et d’une positive attitude absolue !

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par