Julien Casiro (Braaxe) "à nous de veiller à ce qu’aucun talent ne soit fragilisé"

Julien Casiro - Braaxe

Deuxième semaine de confinement...CB News poursuit sa série d'interviews de professionnels de la filière communication, initiée mardi 17 mars. Julien Casiro, président de Braaxe, s'est prêté à l'exercice. Voici ses réponses.

1) COMMENT RÉAGISSEZ-VOUS FACE À CETTE CRISE SANITAIRE ? POUR VOS SALARIÉS ? VOS PARTENAIRES notamment LES FREELANCES ?

Julien Casiro : nous avons décidé de placer dès la semaine du 9 mars toutes nos équipes en télétravail. L’agence est organisée depuis longtemps sur le principe du flex office et du travail à distance. La transition s’est faite en 24 heures avec une très bonne compréhension des équipes et de nos partenaires. Au delà même des consignes professionnelles, nous avons responsabilisé chacun sur son comportement en dehors de l’agence. Les agences nées du digital sont nativement construites pour s'adapter à ce type de situation. Chaque matin, les chaînes de messageries se réveillent avec leurs lots de blagues et de bonne humeur. Les outils de collaboration fonctionnent très bien et permettent de maintenir une cohésion sociale. Le plus dur sera de tenir sur la durée car le confinement peut user psychologiquement. A nous de veiller à ce qu’aucun talent ne soit fragilisé durant cette période. Le second enjeu pour les entreprises, pour les salariés et pour les partenaires est économique. Les annonces du gouvernement vont dans le bon sens. Elles permettent pour le moment de créer un climat de confiance vertueux pour sécuriser les emplois et les finances de tous.

2) COMMENCEZ-VOUS À MESURER L'IMPACT FINANCIER ?

Julien Casiro : le secteur de l’événementiel a été le premier touché, laissant présager un impact sur les autres branches de la communication. Le ralentissement effectif est de l’ordre de 50 à 70% avec l'arrêt de nombreux projets, campagnes, tournages en cours ou prêts à être lancés. Il faudra plusieurs semaines pour mesurer l’impact exact. La préoccupation première est de deux ordres : protéger les équipes et leurs proches et accompagner tous nos clients. Tout dépendra de la durée de la crise. Je ne crois pas au confinement de 15 jours... La situation durera au moins 6 semaines. Dans le meilleur des cas, avec l’arrivée des beaux jours, avec le besoin vital de sortir, de retrouver du lien social, de partager, de danser, de simplement vivre. L’économie repartira et, je l’espère, compensera les pertes du côté annonceurs et agences. Il faut que notre président s’inspire de Roosevelt à travers un plan de relance économique insufflant de la confiance dans le marché. A nous ensuite de jouer pour rendre au pays ce qu’il nous a donné.

3) COMMENT RÉAGISSENT VOS CLIENTS ? REPORTS DE CAMPAGNES, CHANGEMENT DE STRATÉGIES DE COMMUNICATION ? ETC.

Julien Casiro : les choses vont vite. Il y a une semaine nos rues étaient pleines et nos terrasses bruyantes. Chaque journée donne le sentiment d’avoir duré une semaine... J’ai ressenti beaucoup de calme, de bienveillance, d’écoute et de compréhension. Il y a forcément des déceptions, de voir des projets sur lesquels on travaille tous depuis des semaines s'arrêter brusquement. Mais c'est dérisoire face à la situation du pays et aux vies en jeu. On ne fait que de la pub...Et malgré la cassure sociale, plein de sourires arrivent chaque jour, des confcall où l’on découvre les goûts douteux de certains en terme de décoration, les tenues plus casual d’autres, les enfants qui chahutent... Tout change et il se passe de belles choses.

4) SELON VOUS, COMMENT POUVEZ-VOUS ÊTRE UTILE - VOTRE AGENCE ET VOTRE SECTEUR - À LA SOCIÉTÉ EN CE MOMENT

Julien Casiro : il nous faut déjà être utile en tant que dirigeant d’entreprise. Accompagner, protéger, soutenir nos équipes et leurs proches. Mais aussi les aider à mesurer la gravité de la situation et à prendre leur responsabilité individuelle dans cette crise. Cet accompagnement s’entend sur le long terme : une semaine s’est écoulée depuis le début de cette crise. La situation sera totalement différente dans 15, 20, voire 30 jours. L’isolement, la perte du lien social, le sentiment de ne pas être utile exigeront que nous soyons vigilant auprès de tous. Chez Braaxe, nous allons également, gratuitement, élaborer des plans d'accompagnement/conseil de nos clients. Profitons de cette période pour prendre le temps que nous ne prenons pas le reste de l’année. Le confinement sera suffisamment long pour changer les habitudes de tous. De nouvelles racines vont se créer et nous y prendrons goût : de la contrainte naît la création. La société va bouger, nos certitudes sont ébranlées La claque est violente, mais elle sera salutaire pour l'évolution de nos modes de pensées. En accompagnement les marques dans ce sens, nous participons à soutenir chaque citoyen dans son quotidien en étant utile, solidaire, divertissant et émouvant.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par