Odile Song (DDB Paris) : "l'équipe planning est plus sollicitée que jamais"

Odile Song - DDB Paris

C'est la cinquième semaine de confinement. CB News, au delà de l'endurance, continue d'informer. Nous poursuivons notre série d'interviews, débutée le 17 mars, avec aujourd'hui le témoignage de Odile Song, planneuse chez DDB Paris.

1) Comment allez-vous ? Réussissez-vous à réfléchir chacun dans votre coin au planning ?

Odile Song : je vais bien, même si mes collègues et mes ami.es commencent à me manquer un tout petit peu. Le télétravail nous apporte ce qui manque parfois en open space : du calme et (en théorie) du temps, pour justement réfléchir chacun dans notre coin. Mais comme tout le monde le sait, c'est en échangeant avec les autres qu'on arrive plus rapidement aux bonnes idées... Heureusement tout le monde au planning (même Cédric Ledoux) est adepte de Slack, Teams et autres technologies de communication, donc on arrive à maintenir ce contact au quotidien. Je dirais même qu'on se partage encore plus de choses que pré-confinement. Ça va de la dernière étude WARC à des memes, car toutes les sources d'inspiration sont bonnes à prendre.

2) Vos réflexions portent en ce moment sur la crise, sur d'autres thématiques ...?

Odile Song : depuis quatre semaines, 100% de nos réflexions portent sur l'impact de la crise sur la stratégie de communication et le business de nos clients. Comment agir dans l'immédiat ? Comment préparer la "sortie de crise"...Même si celle-ci ne sera évidemment pas nette et tranchée ? Quelles transformations à plus long terme dans les attitudes et les comportements des consommateurs, et quel impact sur les marques en question ? Il y a davantage de questions posées que de réponses certaines. On essaie d'éclairer et d'enrichir les réflexions "long-termistes" comme on peut.

3) Est-ce que ce traumatisme mondial va, forcément, imprégner toutes les stratégies sur lesquelles vous planchez ?

Odile Song : oui, c'est sûr. Il n'y a pas un seul des budgets sur lesquels je travaille qui ne soit pas touché d'une manière ou d'une autre par la situation. Pour les annonceurs, c'est une période charnière. Ils doivent se repenser, à un degré plus ou moins fort selon le secteur d'activité, et cela a naturellement des conséquences - pas forcément négatives - sur les stratégies de marque et de communication. En tant que planneurs stratégiques, nous avons évidemment un rôle à jouer sur de tels enjeux, qui sont soulevés simultanément sur chacun de nos comptes. Ça nous occupe : l'équipe planning DDB est plus sollicitée que jamais.

4) Avez-vous de nouvelles sources d'inspiration ?

Odile Song : pas vraiment, elles restent les mêmes. Les échanges quotidiens avec les autres planneurs, Twitter, Instagram, des podcasts (comme Reply All), la radio... J'aimerais vous dire que j'ai aussi lu plein de bouquins, mais j'ai à peine avancé de dix pages dans mon livre de chevet depuis le début du confinement... Sébastien (Genty) m'a même prêté un livre (The Advertising Concept Book) que je voulais potasser pendant cette période, résultat : il me sert de réhausseur d'ordinateur (pardon Seb).

5) Notre imaginaire n'est, lui, pas confiné  où va le vôtre ?

Odile Song : dans la cuisine ! Je fais au moins une recette par jour, ça me détend. Et c'est le moment indécent d'auto-promo : @audiosong.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par