François d’Aubert reconduit à la présidence de l'ARPP

François d'Aubert - ARPP

Le conseil d’administration de l’ARPP, qui s’est tenu le mercredi 16 octobre, a renouvelé à sa présidence, le mandat de François d’Aubert, pour quatre ans, conformément aux statuts de l’Autorité. Au titre de "haute personnalité indépendante", choisie par les administrateurs de l’ARPP au dehors de la profession représentant les marques, les agences, les médias et régies publicitaires, François d’Aubert représente l’ARPP auprès de l’ensemble des parties prenantes : autorités gouvernementales, élus, administrations publiques, organismes de régulation, Conseil national de la consommation, associations, etc. François d’Aubert avec ce troisième mandat, confirme ainsi son attachement au "droit souple" de la régulation professionnelle concertée de la publicité en France et son engagement à "s’inscrire dans la continuité de la défense de l’autodiscipline pour une publicité libre et responsable". "L’autorégulation est un outil moderne, efficace et pertinent par rapport aux autres formes de régulation : le sens de l’histoire est celui d’une exigence accrue de la démarche responsable des professionnels sur des thématiques qui dépassent les frontières : protection des données personnelles, image et respect de la personne – notamment à propos des stéréotypes féminins – développement durable, etc. J’invite nos dirigeants actuels à jouer naturellement la complémentarité de la loi et de l’autorégulation professionnelle de la publicité, qui contribue à l’amélioration et au perfectionnement de l’activité de la communication en respectant le fragile équilibre entre, la liberté de création et le respect du consommateur, et ce, dans un cadre européen et mondial" commente François d’Aubert. A ce titre, ce dernier préside, anime l’Assemblée Générale, réunissant tous les adhérents, le Conseil d’administration et le Comité exécutif qui en émane. Avec le directeur général, Stéphane Martin, il est responsable vis-à-vis de ces instances de la bonne marche de l’organisation, en particulier de la mise en œuvre des décisions stratégiques prises par le Conseil. Il est l’interlocuteur des présidents des trois instances associées : le Conseil de l’Éthique Publicitaire (CEP), le Conseil Paritaire de la Publicité (CPP), le Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) et son Réviseur de la Déontologie Publicitaire. Il vice-préside statutairement le CEP.

Biographie

Président de l’ARPP depuis 2011. Ancien élève d’HEC et de l’ENA (promotion Thomas More), licencié en droit, François d'Aubert est magistrat honoraire à la Cour des comptes, rapporteur notamment du groupe II réglementation et télédistribution du Haut Conseil de l’audiovisuel (1973). Après avoir été conseiller technique (1974-75) au secrétariat d’Etat chargé des travailleurs immigrés, puis au ministère de l’Équipement (1975-76), a été chargé de mission (1977-78) au cabinet du Premier Ministre Raymond Barre sur les dossiers audiovisuels, administrateur d’Antenne 2 (1987-88). Il est élu député de la Mayenne (1978-1995, 1997-2002), maire de Laval (1995-2008), membre (1985-97) et vice-président (1985-88) du Conseil général de la Mayenne, conseiller régional des Pays de la Loire (1986-98). Il préside la Commission spéciale chargée de vérifier et d’apurer les comptes de l’Assemblée nationale (1993-95). Secrétaire d’Etat au Budget (1995) puis à la Recherche (1995-97) dans le gouvernement d’Alain Juppé, ministre délégué à la Recherche (2004-05) dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, il est nommé Ambassadeur, Haut représentant pour la réalisation en France du projet ITER (2005-07), puis président (exécutif) de la Cité des Sciences et de l’Industrie ainsi que de la Géode (2007-2009), a rendu en 2008 pour la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, un rapport sur « le partenariat entre les organismes de recherche (CNRS, INSERM, INRA, CEA) et les universités », et Délégué général à la lutte contre les juridictions et territoires non coopératifs (« paradis fiscaux ») au Ministère de l’Économie et des Finances (2009-15), parallèlement à la présidence du groupe d’évaluation des juridictions non coopératives du forum global de l’OCDE sur la transparence et l’échange d’information. Il a fondé la société d’édition Temporis en 2014. Auteur de l’Argent sale (Plon 1993) sur l’affaire du Crédit Lyonnais, Main basse sur l’Europe (Plon 1995) et Coup de torchon sur Bruxelles ! (Plon 1999) sur les dérives des financements de l’Union Européenne, Colbert, la Vertu usurpée (Perrin 2009).

 

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par