Kamel El Hadef et Arthur Larrey (Audion) : « assainir notre marché »

Kamel El Hadef et Arthur Larrey (Audion)

C'est la cinquième semaine de confinement. CB News, au delà de l'endurance, continue d'informer. Nous poursuivons notre série d'interviews, débutée le 17 mars, avec aujourd'hui le témoignage de Kamel El Hadef et Arthur Larrey, cofondateurs de l’adtech Audion.

1) Comment allez-vous pendant ce confinement ? Et Audion ?

Tout va très bien pour nous durant le confinement. Le temps commence à être long, surtout le weekend, mais la chance que nous avons est que nous n'avons pas vraiment le temps de nous ennuyer, donc les semaines passent vite.

Côté Audion, après une première semaine qui a été similaire à l'ensemble du marché suivant le choc de l'annonce du confinement, tout s'est organisé. Nous avons la chance d'être par nature extrêmement agiles. Notre travail passe au quotidien par de très nombreux outils digitaux qui nous permettent de maintenir une productivité équivalente, même lorsque l'ensemble des salariés travaillent de chez eux.

2) Avez-vous une bonne nouvelle à partager ?

La bonne nouvelle est qu'après l'onde de choc de la première semaine de confinement, le business redémarre et les marques sont toutes en train d'adapter leurs stratégies de communication pour répondre utilement et efficacement, pendant mais surtout après la crise. Nous sortons d'une année 2019 excellente en termes de chiffre d'affaires et le début d'année 2020 était dans la même veine, évidemment la crise stoppe l'élan, mais avec ce que nous faisons actuellement et grâce à l'implication des collaborateurs, nous anticipons une reprise de cette belle croissance.

3) Comment le secteur de l'adtech peut-il ressortir plus fort de cette crise ?

Comme tous les secteurs, en adaptant ses modèles et en prenant en compte une probable réorganisation du marché après la crise. Il est aujourd'hui certain que l'Adtech ne pourra plus être uniquement une série de structures fournisseurs de technologies et d'inventaires, mais bien plus que cela. La période nous apprend une chose, nos clients agences média et marques ont besoin de nous, de nos connaissances techniques et marché. Il ne suffit pas de se revendiquer spécialiste aujourd'hui, il faut l'être en accompagnant les clients dans une démarche conseil qui va au-delà de l'approche traditionnelle d'une adtech.

Cette crise aura probablement un autre effet qui est celui d'assainir notre marché. Les discours n'ont plus l'écho qu'ils peuvent avoir en temps normal. Comme à chaque temps de crise, c'est l'action qui prévaut et l'accompagnement qui est offert à nos clients qui apparaissent aujourd'hui et plus que jamais comme des partenaires.

4) Est-ce selon vous une période plus propice au média audio ?

Il est logique de penser que la période est propice au média audio, mais il faut en revanche tempérer certains chiffres publiés sur le marché. De notre côté, nous voulons donner de la valeur aux contenus audio créés par les éditeurs. L'audio digital étant un format par nature très immersif, il devient un incroyable allié pour les marques qui souhaitent communiquer avec un message qui porte des valeurs. Clairement, le podcast, qui est un média de l'intime, cristallise beaucoup de discussions en ce moment, qu'il s'agisse de création de contenus de marques ou de communications dédiées. On constate d'ailleurs que la consommation de podcast ne souffre pas tellement du confinement.

5) Économiquement, Audion va-t-il tenir ?

Nous avons réalisé une excellente année 2019 en matière de chiffre d'affaires, ce qui nous positionne en leader sur ce marché de l'audio digital et du podcast, avec une équipe de plus de 15 personnes installées dans nos nouveaux locaux du 17ème arrondissement. Nos technologies d'adserving et d'insertion dynamique en temps réel sur podcast connaissent une incroyable traction et sont utilisées par des éditeurs leader comme Prisma Media en France, Axel Springer en Allemagne ou Radio Nizza en Italie, pour ne citer qu'eux. Au-delà de ce développement européen, nous avons levé 1,1 millions d'euros fin 2019, ce qui nous permet d'avoir une vraie sécurité en temps de crise.

6) Dans vingt ans, comment expliquez-vous cette période inédite ?

Personne ne pouvait s'attendre à vivre une telle période.... Malheureusement, nous y sommes, il faut faire avec, et potentiellement s'attendre à de nouvelles périodes de ce type. On peut passer des heures à expliquer le pourquoi du comment, mais la réalité est que nous devons évoluer en tant qu'êtres humains pour limiter ces épisodes dramatiques humainement et économiquement. On entend les mêmes discours depuis des années, le signal qui nous est envoyé aujourd'hui est clair, il faut agir !

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par