Manoëlle Van Der Vaeren sort du bois avec Animals

Animals se dévoile après plus d'un an d'une discrétion presque totale. Manoëlle Van Der Vaeren en explique les raisons.

Pourquoi communiquez-vous seulement aujourd'hui sur la création de votre agence Animals ?

Manoëlle Van Der Vaeren : Aussi étrange que cela puisse paraître, je ne suis pas dans la communication, mais dans la preuve. Je travaillais et j'attendais d'avoir quelque chose à dire ! En quittant Betc, à la fin de l'été 2016, je ne savais pas quelles orientations prendre pour continuer ma carrière. Freelance ? Rejoindre une agence plus petite ? Créer ma propre structure ? L'envie de réfléchir pour la stratégie des marques était toujours là. En revanche, j'en avais terminé avec les grosses structures. Un ancien client de Mondelez m'a contacté directement pour une mission pour les bonbons Halls. Il me croyait encore chez Betc. C'était un jeudi. La prise de brief se déroulait le lundi suivant. Tout a commencé de cette manière. D'autres clients sont arrivés quelques mois plus tard, toujours en direct. Dont Lactalis avec une réflexion stratégique sur Le Roitelet, puis Essilor pour sa marque Transitions, dont nous sortons mi mai la campagne mondiale. Un budget important confié à une agence naissante, je n'ai jamais vécu cela.  

Que signifie ce nom d'agence ? Le côté sauvage, brutal du règne animal ?

MVDV : C'est un nom qui nous définit bien. Chez TBWA, on m'appellait la lionne ! Je suis du genre à défendre mes idées et j'avance en meute. Une ligne de personnalités qui progressent ensemble au même niveau. A l'instinct. La pyramide des décisions n'est pas mon modèle. Ce type d'organisation nuit à la créativité. J'ai besoin de faire confiance et d'être libre de réfléchir. Je ne conçoit pas d'arriver en bout de course pour proposer la copie créative de plus, je dois plonger dans la stratégie. Nous avons la chance de choisir nos clients pour démarrer et de n'avoir jamais participé à des compétitions. Ce que je ne l'exclus pas non plus à l'avenir.

Avez-vous des objectifs ?  Une stratégie qui vous différencie des autres agences créées récemment ?

MVDV: Nous fonctionnons avec moins de dix personnes. Dont Amanda Bard, qui dispose d'une double expérience en agence et chez l'annonceur. Nous nous entourons de freelances en fonction des sujets. Je n'imagine pas une agence trop importante. Soit quinze personnes, pas davantage. On cherche surtout à ne pas grossir ! Trois à quatre budgets importants nous suffisent.

Bio express

2012 -2016 : BETC, directrice de création

2010 - 2011: McCann Erickson, directrice de la création

2008 - 2010: TBWA/MAP, co-fondatrice et vice-présidente

2006 - 2008: BDDP & Fils, directrice de la création

2001 - 2006: TBWA Paris, rédactrice senior

2000 - 2001: Jean & Montmarin, rédactrice

1995 - 2000: DDB Needham, rédactrice

1992 - 1995: ECLA, chef de projet

1990 - 1992: ​Prosperyka (Havas), commerciale

1988 - 1990: Collin Guittard Nazareth, assistante commerciale

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par