Patrice Bégay (Bpifrance) : Je prône l’union sacrée entre toutes les professions de la communication

Patrice Begay

Deuxième semaine de confinement.  CB News poursuit sa série d'interviews des responsables de la filière communication. Les  réponses de Patrice Bégay,  directeur exécutif, directeur de la communication de Bpifrance

.

1) Comment réagir face à cette crise sanitaire ?

Nous sommes confrontés à un double défi qui est à la fois sanitaire et économique. Et la France dispose de tous les atouts nécessaires pour surmonter cette crise mondiale. Elle dispose d’infrastructures de qualité, elle s’appuie sur une puissance publique d’un très grand professionnalisme et elle peut compter sur toutes ses forces vives. Et parmi ces forces vives, les médias en font naturellement, ce porte-voix de tout un pays fidèle à la démocratie. Pour éviter la propagation du virus, on nous demande de nous confiner et que nous devons respecter absolument. Pour autant, ces mesures ne signifient pas l’arrêt de la vie économique du pays et de ses entreprises. Au contraire, afin de garantir la continuation de l’économie française et de permettre son redémarrage futur, il nous faut pouvoir assurer le maintient de l’activité de production, de logistique, de services qui ne peuvent pas être assurés par le télétravail.

2) Qu’en est-il dans le secteur de la communication ?

Vendredi, nous avons eu une conférence téléphonique avec les principales instances de la profession qui font un travail remarquable, l’Union des marques, l’ACCC, l’Udecam, Lévénement, le SCRP, le syndicat des relations publiques, ceux des médias etc. Je leur ai dit tout simplement que nous avions, toutes et tous, un devoir d’exemplarité. Il y a une nécessité de sincérité, de responsabilité, de solidarité et de résilience. Je prône l’union sacrée entre toutes les professions de la communication dont je rappelle que c’est 700 000 emplois directs et indirects en France, dont 20 % dans la pub et les médias et la moitié dans le domaine de l’événementiel touché dans sa totalité avec le virus. Il est essentiel que tous ensemble, les médias, les acteurs de la communication, les agences, les annonceurs nous agissions avec responsabilité. Nous sommes en train de rédiger un manifeste pour formaliser cet engagement et surtout s’y tenir. J’ai par ailleurs ce week-end mobilisé tous les acteurs des médias, les chaînes de télévisions, les chaînes d’infos, les grands journaux régionaux et nationaux pour faire passer les messages des mesures exceptionnelles pour accompagner durant cette crise impitoyable tous les entrepreneurs de France.

3) Commencez Bpifrance peut-elle aider les entreprises sur le plan financier ?

Nous avons lancé des offres dès la semaine dernières. Le message que nous voulons faire passer c’est : "Entrepreneurs, on ne vous lâchera pas, gardez le cap". C’est la raison pour laquelle, avec toutes les régions de France nous proposons un prêt sans garantie sur 3 à 5 ans de 10 000 à 5 millions d’euros pour les PME, et plusieurs dizaines de millions d’euros pour les ETI, avec un différé important de remboursement. Nous garantissons les banques à hauteur de 90 % si elle fait un prêt de 3 à 7 ans Nous garantissons à hauteur de 90 % le découvert si la banque le confirme sur 12 à 18 mois. Nous suspendons le paiement des échéances des prêts accordés par Bpifrance à compter du 16 mars. Le message que nous devons faire passer c’est que pour les agences et les acteurs du secteur qui ont besoin de trésorerie, elles doivent contacter dans leur département leur chargé d’affaires Bpifrance ou laissant son numéro de mobile sur bpifrance.fr pour être rappelé.

4) Au-delà des questions purement financières, évidemment essentielles, comment le marché doit-il se comporter pour éviter le blocage ?

Il faut que les gens respectent leurs engagements. Ce qui a été planifié, il ne faut pas l’annuler, il faut le reporter, c’est ce que nous faisons avec le grand événement climat que nous avions programmé en Avril ou Global Industrie. Ce que nous faisons, nous chez BpiFrance où nous faisons même des bons de commande pour des actions de communication innovantes en ce moment Nous demandons également aux annonceurs de renoncer à remettre en compétition leurs agences s’il n’y a pas d’urgence. Travaillez avec les agences que vous avez choisies, elles sont excellentes nos agences de notre pays dans tous les territoires. Dans le même ordre d’idée, je demande que l’on paye toutes les factures. Et enfin et surtout, il faut être uni, il faut de la bonne énergie. Ce ne sont pas des mots, on a vraiment besoin de l’énergie et de la résilience de tous les acteurs du secteur. Et sans créativité, il n’y a plus d’activité sans les médias, il n´y a plus de porte-voix et donc plus de démocratie. Alors vive l’unité nationale, l’Union sacrée !

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par