Philippe Pailliart (BCW France) : Comme toute collectivité de citoyens, nous avons besoin de participer activement au combat

Philippe Pailliart

Deuxième semaine de confinement, l’industrie de la communication s’organise. D’un secteur l’autre, les solutions diffèrent mais la détermination est identique. Les réponses de Philippe Pailliart, CEO de BCW, Burson Cohn & Wolfe France, agence de relations publics du groupe WPP.

1/Comment réagissez-vous à cette crise sanitaire ? Pour vos salariés ? Vos partenaires ? Les free lances

La santé de nos collaborateurs et de nos partenaires est depuis plusieurs semaines notre priorité. Nous avons fait dès fin février une distribution massive, collective et individuelle de gels/solutions alcooliques au sein de l’agence Notre service Créa a réalisé une affiche sur les 10 gestes barrière que nous avons disposée partout. Nous l’avons envoyée à tous nos clients afin qu’ils se sentent libres de l’utiliser en interne en y apposant leur logo. Comme nous avions eu une « alerte » avant le confinement, j’avais déjà mis tous nos collaborateurs en télétravail pendant quelques jours jusqu’à ce que soit vérifiée la non-positivité d’un de nos collègues. La mise en confinement s’est donc faite facilement et en grande efficacité car nous avons une vraie culture du télétravail au sein de BCW : chacun de nos 125 collaborateurs est depuis longtemps équipé pour travailler de chez lui (les créas compris) et notre habitude d’utiliser les potentialités de Teams nous permet échanges et partages permanents et parfaite cohérence dans le management de nos comptes clients. Depuis le début du confinement, nous échangeons quotidiennement et chaque directeur de département (nous en avons 6) est en contact permanent avec ses équipes : pour être efficace dans le boulot mais aussi pour le fun entre nous. E-cafés, E-brunchs, E-apéritifs et autres animations se succèdent. Il faut briser les barrières du confinement et pour certains de la solitude. Il faut aussi se mettre des limites pour protéger sa vie privée et éviter un télétravail permanent… Vivre tout simplement. Pour nos collaborateurs qui seraient plus en besoin de parler, de discuter, nous avons ouvert ce lundi une ligne de soutien psychologique avec un prestataire extérieur. Nous avons une réunion d’agence tous les vendredis matins très interactive autour de 3 temps forts : un point santé, un point sur le vécu du confinement et bien évidemment une partie dédiée à nos clients, nos best practices etc. Je salue le rôle de notre CSE très dynamique et « poil à gratter » dans ce moment… as usual. Concernant nos partenaires et free lances, nous continuons à les faire travailler et à les rémunérer comme d’habitude. Notre responsabilité est de continuer à faire vivre notre écosystème.

2/Comment réagissent vos clients ? Reports de dispositifs de campagne, changements de stratégies de communication ?

D’abord dans cette situation inédite, tout se transforme, les schémas habituels sont remis en cause, c’est un véritable changement de paradigme que nous avons en face de nous. Nous sommes là pour les accompagner avec des idées, des expertises 360, et beaucoup d’agilité ! Le défi pour chacun est avant tout une question de temporalité dans ce contexte mouvant où chaque jour a sa nouvelle vérité : il s’agit de savoir gérer les court, moyen et long termes. Le court terme c’est la gestion quotidienne de la crise. Connaissant notre forte expertise en la matière (notre équipe crise rassemble 16 experts), beaucoup d’entreprises et marques nous ont demandé de les accompagner dans leur gestion de la « crise coronavirus » en termes de veille analytique et de conseil avec un focus majeur sur l’interne et leur proche écosystème. L’expertise de l’agence étant aussi forte en communication interne, nous sommes très présents sur ce segment prioritaire pour beaucoup de nos clients. Des binômes de consultants crise- com interne ont été mis en place et font preuve d’une grande efficacité. Le moyen terme c’est quelle stratégie de prise de parole à mener ou à ne pas mener en ces périodes de confinement. Et là, notre conseil varie entreprise par entreprise en prenant en compte différents critères : le secteur, la culture d’entreprise, les engagements sociétaux, les actions concrètes en gardant en tête cependant qu’il est difficile d’être audibles – sauf exception – dans cette phase de « sidération ». De plus, tous les secteurs ne sont pas exposés de la même manière. Les comportements des consommateurs changent rapidement et significativement (en chine 84 % ont essayé pendant la crise un service pour la première fois (téléconsultation, e-learning etc.), L’adoption des technologies est un driver fort de cette situationLa consommation des médias aussi (retour de la télé, explosion des sites de news en ligne, gaming). Enfin le long terme, qui est un « long » terme relatif car à horizon seulement de quelques semaines, c’est déjà penser à la reprise et préparer la reconquête. À cet effet, nous travaillons ou allons travailler sur différents scénarii avec chacun de nos clients.

3/Commencez-vous à en mesurer l’impact financier ?

Je vais être transparent : je n’en ai aucune idée. En revanche je suis convaincu que notre modèle d’agence a une forte capacité de résistance et de réaction dans la mesure où nous sommes portés par nos deux jambes pour avancer : notre forte expertise crise combinée à notre capacité à accompagner le développement de l’image et de la réputation de nos clients auprès de ses publics internes et externes. Dans nos métiers des Relations Publics, nous nous adressons en priorité à des publics qui sont en attente de positionnement et d’actions : l’interne et l’écosystème bien sûr qu’il faut informer, organiser, souder et motiver durant les toutes prochaines semaines mais aussi les médias et les influenceurs qui veulent en savoir plus sur la capacité des entreprises et des marques à faire face, à se positionner, à envisager le futur.

4/Comment votre agence et votre secteur peuvent-ils être utiles à la société en ce moment ?

D’abord en protégeant nos collaborateurs et leurs proches. Et en soutenant nos clients dans cette action. L’enjeu sanitaire reste une priorité. Nous avons envoyé début mars à tous nos clients une affiche préparée par notre service Créa à l’attention de leurs collaborateurs sur les 10 gestes barrière à suivre, affiche qu’ils pouvaient mettre à leur logo. Notre fierté c’est qu’une grande partie d’entre eux l’ont utilisée ! J’avais dès fin février commandé par précaution des centaines de masques chirurgicaux pour les collaborateurs de BCW. Nous les avons fait porter à la Salpêtrière pour que les personnels de santé puissent en bénéficier.

Avec nos collaborateurs, nous recherchons actuellement une association à soutenir au travers d’un mécénat de compétences pro bono lié à la crise. J’espère que l’agence pourra s’engager très vite dans ce genre d’actions. Comme toute collectivité de citoyens, nous avons besoin de participer activement au combat. Et au-delà, nous sommes conscients que demain ne sera plus jamais comme aujourd’hui. Les attentes vis-à-vis des entreprises et de marques seront différentes. Notre mission sera d’aider notre écosystème à le comprendre et à s’adapter. La communication sera au cœur de la dynamique de transformation que connaîtront nos sociétés au-delà de cette crise.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par