Simon Perrot (L’Agence-Groupe La Dépêche) : « la solution passe par notre propre engagement et celui de nos collaborateurs »

perrot

4ème semaine de confinement… CB News poursuit ses rencontres, initiées le 17 mars, avec les acteurs de la publicité, du marketing, des marques, des médias et de la high-tech. Aujourd’hui, Simon Perrot, directeur général de l’Agence, régie et agence conseil du groupe La Dépêche.

Nous sommes maintenant dans la 4ème semaine de confinement. Vos process, vos dispositifs médias, vos clients… Tout était à revoir ?

Comme beaucoup d’acteurs de la PQR, nous avions engagé au sein du groupe La Dépêche du Midi, une profonde transformation depuis quelques années. Pour nous, elle se résume autour de 5 grands piliers #Digitalisation #Proximité #Agilité #Efficacité #créativité, et cette ambition du client centric avec la nécessité de modifier l’image perçue de notre métier en local. L’impact de cette crise aurait d’ailleurs pu être bien plus grave, si nous n’avions pas déjà initié ces grands travaux avec l’ensemble des collaborateurs. Elle nous a en revanche obligé à accélérer cette mutation, notamment dans notre organisation de travail, je pense au télétravail et à notre capacité à travailler à distance, en maximisant le partage de l’information, sans tomber dans le risque d’alourdir nos process.

Passer la phase de sidération, nos collaborateurs ont démontré une réelle capacité de mobilisation, de solidarité pour le groupe et surtout vis-à-vis des clients avec de l'empathie mais aussi de l'efficacité pour proposer des dispositifs adaptés à ceux qui le pouvaient.

Mesurez-vous d’ores et déjà l’impact financier d’une telle crise pour la régie ?

Il est juste de dire que c’est un coup de frein pour notre activité, de l’ordre de -70% en CA sur avril, peut être autant sur mai et sans doute une décroissance sur l’année pour certains secteurs. Cette crise est d’autant plus difficile à accepter que nous commencions à tirer les fruits de nos travaux avec le retour à la croissance fin 2019 et début 2020. Elle nous a obligé à prendre des décisions difficiles comme la mise en place de l’activité partielle. Au-delà de notre groupe, c’est l’ensemble du marché de la publicité et de l’événementiel qui est touché dans la région et nous sommes solidaires de chacun annonceurs, partenaires et concurrents.

Que vous inspire l’idée italienne de permettre aux annonceurs de bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% s’ils investissent publicitairement dans les médias ? Les professionnels français y semblent très favorables. Le Gouvernement y réfléchit. Une piste intéressante ?

Toutes les initiatives qui peuvent aider l’ensemble du secteur sont bonnes à prendre, il ne faudra oublier personne avec ces mesures. Sur l'Occitanie, nous savons que nous pouvons compter sur la solidarité des institutionnels et nos partenaires marchands pendant et après confinement.

Mais la solution passe avant tout par notre propre engagement et celui de nos collaborateurs. Je suis fier de voir que nos équipes sont d’ores et déjà tournées vers l’après-crise et nous réfléchissons à des nouvelles offres, repenser notre discours, notre positionnement, avec la nécessité d’être solidaires et encore plus efficaces pour nos clients qui auront beaucoup souffert de cette crise.

Enfin, je crois que cet esprit de solidarité entre tous les acteurs pendant cette crise, va se prolonger. Nous lançons d’ailleurs aujourd’hui une initiative. Pub’Solidaire, une initiative du groupe pour offrir des campagnes de com aux associations et entreprises qui offrent leurs services et produits gracieusement pour lutter contre le COVID.

Quand et comment pour les médias sortir par le haut d’une telle situation ? C’est quoi le monde d’après pour votre régie ?

Ça peut paraître paradoxal, mais nous sortirons renforcés de cette crise. En tant que groupe de presse, la légitimité des médias auprès des citoyens s’est encore renforcé et avec le lien qui l'unit aux lecteurs par sa capacité à faire-savoir qu’elle accomplit au quotidien. En tant qu’agence de communication ensuite. Je crois à une accélération du changement de comportement des consommateurs autour des enjeux du local, de la proximité, et du circuit court. Des changements qui vont renforcer encore un peu plus notre rôle d’acteur du territoire aussi bien en tant que titre de PQR que d'agence de com.

Des nouveaux comportements qui vont renforcer aussi notre positionnement hybride d’agence et non plus simplement de régie média. Nous avons un rôle à jouer en accompagnement les annonceurs à revoir leur stratégie de communication, pas seulement sur nos supports mais en 360.

Enfin, l’agilité dont nous avons fait preuve en interne pendant cette crise, doit demeurer dans l’après confinement. Il nous faudra aussi être très vigilants avec nos collaborateurs qui ont vécu différemment cet isolement et renforcer nos liens au retour à la normal.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par