Valérie Accary (CLM BBDO) "la période est un accélérateur de transformation"

Valérie Accary , présidente de BBDO France

Quatrième semaine de confinement. C'est difficile. CB News a une chance. Celle de continuer d'informer. Nous poursuivons notre série d'interviews, débutée le 17 mars, avec aujourd'hui le témoignage de Valérie Accary, présidente de CLM BBDO France.

1) Comment allez-vous à l'agence ?

Valérie Accary : merci pour cette question. C’est celle que je pose à toutes les personnes de l’agence qui rejoignent notre Webex collectif deux fois par semaine. Bonne nouvelle, il semble qu’à part quelques cas de Covid 19 aux symptômes légers, nous n’ayons personne de gravement malade. Au-delà du critère santé hyper-dominant en ce moment, nous traversons cette période de confinement avec un sens de l’unité et du collectif aussi fort que possible. Il est peut-être même plus fort qu’auparavant. Après une belle année 2019 côté business et création, 2020 devait être une année pour confirmer la relance avec l’arrivée de quelques embauches clefs à la création et en direction de planning stratégique… Le Covid, son impact global et le confinement sont venus apporter leur lot d’incertitude. Mais, comme souvent lorsqu’on n’a pas une très grande visibilité et qu’on est obligés d’avancer le mieux possible au jour le jour, on trouve des ressources humaines inattendues, actives et positives. Plus largement je pense que la période que nous traversons est un accélérateur de transformation. Regardez la façon dont nous avons appris en trois semaines à communiquer différemment en intégrant Webex, Teams, Zoom etc. C’est d’ailleurs la même chose dans l’éducation : les enfants ont immédiatement intégré une autre forme d’apprentissage. Notre façon d’acheter est aussi transformée. Il parait que le niveau du sans contact va être relevé à 80€. Utilisez-vous encore de l’argent liquide ? Moi, je me suis mise à Lydia avec mes voisins. Toutes ces habitudes vont perdurer. Je pense qu’il en ira de même dans notre métier, dans nos agences, dans notre industrie. On sentait bien depuis quelques mois que les lignes allaient bouger. Les mois à venir vont accélérer ce processus : ils renforceront certains, détruiront beaucoup de valeur, mais ils permettront aussi à celles et ceux qui observent mieux, agissent plus et inventent vraiment, de devenir acteurs d’une nouvelle façon pour les marques d’agir dans la société.

2) Côté clients, avez-vous une bonne nouvelle à partager ? Qu'il s'agisse de projets ou de pitchs en cours ?

Valérie Accary : les nouvelles de nos clients sont clairement de deux ordres : il y a ceux qui souffrent de la conjoncture (distribution hors alimentaire)  et ceux qui ont la chance d’en profiter (food...). Dans tous les cas, j’ai demandé à chaque manager de tisser un lien encore plus fort avec chacun de nos clients. La relation est intense et constante, car elle porte sur trois domaines : la continuité du business et l’adaptation nécessaire aux plans initialement prévus, notre conseil sur la façon dont l’entreprise peut agir pour le bien commun et enfin la réflexion sur l’avenir à court/moyen terme. Il est vrai que la production a vu quelques beaux projets repoussés ou annulés, mais le reste de l’équipe, en particulier les planneurs stratégiques, les créatifs sont fortement mis à contribution. Côté new business, nous continuons deux compétitions amorcées en début d’année et proches du dénouement. En revanche, nous n’entrons pas dans de nouvelles. Nous gardons nos énergies et nos ressources confinées pour nos clients. 

3) Quels sont vos actions communes avec d'autres agences au sein de l'AACC ?

Valérie Accary :  l'AACC joue bien son rôle de nous informer de façon fréquente sur toutes les questions et décisions gouvernementales qui impactent notre activité. Personnellement, je trouve leur action utile. Mes connections les plus fréquentes restent plutôt avec les agences BBDO dans le monde à travers deux groupes – les membres du Board et les agences européennes. On partage beaucoup. Par exemple, la CEO de BBDO Chine avait partagé avec nous dès février toute leur organisation au moment du confinement.

4) Comment être "utile" aujourd'hui quand on dirige une grande agence de publicité ?

Valérie Accary : l’utilité est un mot que nous utilisons tous beaucoup en ce moment ! Il est certain que, ce sont dans ces moment-là, qu’on regarde les métiers qui sont là pour nous – infirmière, docteur, boulanger, ministre ( ?) et qu’on se pose la question sur notre propre utilité.. Un peu d’humilité fait du bien. Ceci dit, on trouve bien des façons d’être utile…Être utile pour nos clients en les aidant à comprendre ce qu’il se passe, à prendre les bonnes décisions et à agir pour le bien commun. Être utile en faisant en sorte que chaque personne de l’agence se sente accompagnée, pas seule. Être utile en permettant aux initiatives individuelles et collectives de voir le jour plus vite, plus facilement, comme par exemple l’idée des planneurs qui ont voulu créer un journal, L’œil de CLM. Prêt et lancé en une semaine, si vite… je disais bien que la période était un accélérateur de transformation.

 

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par