Thomas Derouault (Wunderman Thompson Paris) "je suis assez fasciné par le courage et la créativité des gens"

Thomas Derouault Vice-President / Executive Creative Director   —   Wunderman Thompson Paris

Quatrième semaine de confinement. C'est difficile. CB News a une chance. Celle de continuer d'informer. Nous poursuivons notre série d'interviews, débutée le 17 mars, avec aujourd'hui le témoignage de Thomas Derouault, vice-President et executive Creative director de Wunderman Thompson Paris.

1) COMMENT Y ARRIVEZ-VOUS ? OU PAS ? A TRAVAILLER, À INSPIRER, À CRÉER ?

Thomas Derouault : nous avions déjà un système de télétravail en place, donc on n’a pas été pris totalement au dépourvu et très vite, l’agence s’est organisée et le travail a repris son cours. Ceci étant dit, c’est à la fois assez proche de la normalité et en même temps très éloigné. On découvre les irruptions de conjoints, d’enfants ou de chiens durant les réunions, ce qui est plutôt amusant, les temps de trajet inexistants, ce qui est très plaisant mais aussi les journées un peu étranges où l’on saute d’une vidéo-conférence à l’autre ce qui est très organisé et manque un peu de spontanéité. La vidéo aide beaucoup je trouve, c’est mieux de voir si les autres sourient quand on fait une blague.

2) AVEZ-VOUS "TROUVÉ" DE NOUVELLES SOURCES D'INSPIRATIONS ?

Thomas Derouault : beaucoup, principalement issues des gens eux-mêmes. Les initiatives positives ou farfelues des confinés sont une source infinie d’idées et de plaisir. Je suis sûr que beaucoup d’entre nous auraient voulu être à l’initiative des remerciements aux soignants à 20 heures, du relancement les usines de textile pour faire des masques ou de nombreuses idées fantastiques qu’on a pu voir ces derniers jours. Je suis assez fasciné par le courage et la créativité des gens dans une période telle que celle-ci. Mais c’est à la fois nouveau et pas nouveau, parce que je répète tout le temps, on trouve ses meilleures idées en s’inspirant des gens.

3) QU'EST-CE QUI VOUS MANQUE LE PLUS DANS LA PRATIQUE DE VOTRE MÉTIER ?

Thomas Derouault : la part d’inattendu d’une journée à l’agence. Croiser quelqu’un qui vient d’avoir une idée, penser à quelque chose et aller en parler spontanément à un créatif, le fourmillement, l’ébullition dans lieu qu’on partage me manquent. C’est très inspirant et très agréable de pouvoir échanger, se confronter comme ça. Là, c’est beaucoup plus réglé ou les gens à qui on veut parler sont parfois déjà en conf call quand on a envie de leur parler. La contrepartie ce sont des moments comme cette réunion plutôt sérieuse durant laquelle la fille d’un créatif décide de nous présenter son caméléon télécommandé qui change de couleur avec la lumière et va qui va bout de son explication comme si de rien n’était. Idéal pour détendre tout le monde.

4) L'IMAGINAIRE EST LIBRE LUI : OÙ VA LE VÔTRE SI VOUS DEVIEZ CRÉER UNE CAMPAGNE POUR UNE MARQUE IMAGINAIRE ?

Thomas Derouault : je ne sais pas si c’est une marque imaginaire, mais je me demande s’ils ont une agence les gens qui font ce caméléon télécommandé, je ferais bien une campagne pour eux. Je suis sûr que la fille de mon créatif a des idées. Et je vous ai dit qu’il pouvait avaler des palets aimantés en plus ?

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par