Tristan Daltroff, creative director Buzzman, juré Direct

Tristan Daltroff, Buzzman

Tristan Daltroff, creative director Buzzman, juré Direct cette année, raconte son Cannes de l'intérieur avec gourmandise. .

Un bon cru votre catégorie cette année ?

Tristan Daltroff : Plutôt un énorme festin ! Avec beaucoup de viande au menu. Notamment celle qu’on trouve chez Burger King, qui remporte le Grand Prix avec leur campagne Whopper Detour. Une campagne exquise. Bien saignante. Qui se sert de la puissance d’un concurrent (Mc Donald’s) pour mieux le troller et réaliser une campagne de marketing direct d’une efficace redoutable. Notre jury, présidé par Nicky Bullard, s’est régalé. On a d’ailleurs remis le couvert avec une autre campagne de Burger King « Burn That Ad » qui remporte un Gold et deux Silver. En dessert, on eu droit à une farandole de campagnes surprenantes, émouvantes, parfois cinglantes, mais toujours pertinentes. La diversité est assez bien représentée. Le palmarès est moins généreux que l’an dernier en terme de prix,  mais il est meilleur. On a léché nos assiettes. Et pour arroser le tout, la France revient avec plusieurs médailles bien méritées dont un Gold pour Street Vet de Purina.

 Ce fût consensuel ? Bataillé ? Surprenant ?

Tristan Daltroff : Nous nous sommes surtout bagarrés pour essayer de mieux définir ce qu’est la catégorie Direct. Et ça nous a permis d’affiner le palmarès pour le rendre irréprochable. C’est une catégorie complexe qui place le consommateur au cœur d’une mécanique engageante et qui appelle à une réponse direct de sa part. Pour le Grand Prix, il n’y a pas eu vraiment de détour. Whopper Detour est indiscutable. Cette campagne va permettre de donner une parfaite définition de ce qu’est le Direct et ce qu’il sera demain. C’est une idée brillante qui transforme une simple offre promo en une campagne géniale, à la fois driveuse de business et qui crée de la préférence de marque. J’invite tous ceux qui lisent ce papier à regarder le case. Il défonce !

Une tendance à retenir ou qui vous intrigue apprise auprès de vos homologues jurés ?

Tristan Daltroff : en regardant le Grand Prix et l’ensemble du palmarès, il y a un truc qui ressort. Attention mot nouveau en anglais : le hackvertising !! Exemple, quand une marque challenger dans son secteur hacke son concurrent pour mieux briller. Burn that ad et Whopper Detour sont les parfaits exemples. Mais d’autres aussi, comme Billie Jean King Your Shoes, une campagne d’Adidas qui pendant l’US open, invitait tous ses fans à venir transformer leurs sneakers en Adidas, quelle que soit la marque. Beaucoup sont repartis avec une paire de Nike Air à trois bandes. Mais le hack est partout pas juste entre les marques. D’ailleurs, même le jury a fait du hack pendant le palmarès. On a shazamé toutes les musiques des cases pour en faire une playlist qui nous a fait danser pendant les cinq jours ;-)

La campagne non primée que vous retiendrez quand même ?

Tristan Daltroff : quelques campagnes auraient méritées un peu mieux, c’est certain. Mais au regard du palmarès, pas de regrets.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par