Fibre : la Cour d'Appel de Paris soutient l’Arcep en faveur de Free

La Cour d'Appel de Paris a confirmé une décision de l'Arcep, le régulateur des télécoms, visant à rééquilibrer en faveur de Free plusieurs dispositions d'accords passés entre l'opérateur et Orange concernant le cofinancement de la fibre dans les zones moins denses, a annoncé jeudi l'Arcep dans un communiqué. L'Autorité de régulation avait décidé, en mai 2018, de porter à 40 ans les droits d'usage de Free, filiale du groupe Iliad, sur les réseaux de fibre optique (FttH) cofinancés, contre 20 ans jusqu'ici. Elle avait aussi décidé d'obliger Orange à fournir de meilleures informations à son concurrent sur la formation de ses tarifs d'accès au réseau. L'Arcep avait également estimé qu'Orange devait permettre à Free d’utiliser les fibres surnuméraires afin de raccorder des antennes relais, utilisées pour le réseau mobile.

Le fibrage des antennes relais permet d'améliorer le débit de cette dernière et est notamment une étape essentielle en vue du déploiement de la future technologie mobile 5G, qui devrait débuter en France à partir du début de l'année prochaine. Orange avait décidé de contester ces décisions devant la Cour d'Appel de Paris, qui a donc choisi, dans un arrêt en date du 26 septembre, de confirmer le choix de l’Arcep. « Nous regrettons de ne pas avoir obtenu gain de cause, mais la Cour d’appel a cependant répondu à nos questions permettant de clarifier des points importants de procédures devant l'Arcep, notamment sur le respect du secret des affaires », a réagi Orange auprès de l’AFP.

Dans les faits, l'un des opérateurs, Orange ou SFR, assure le déploiement dans une zone géographique pendant que les autres opérateurs participent au financement de l’opération. Si le système est censé accélérer le déploiement de la fibre tout en donnant le même accès aux clients connectés pour chacun des opérateurs, les concurrents d'Orange, en particulier Free et Bouygues Telecom, ont reproché à plusieurs reprises à l'opérateur historique de profiter de sa position pour recruter plus rapidement des abonnés.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par