Facebook paiera « de plus en plus » d’impôts en France

solly

Dans une interview accordée au Parisien, le vice-président Europe du Sud de Facebook Laurent Solly l’assure : « Facebook va payer de plus en plus d’impôts en France » et « c’est normal », sans plus de précision, faisant ainsi référence à l’engagement pris début 2018 du réseau social de régler sa juste note fiscale dans l’Hexagone. Et d’ajouter : « nous paierons naturellement la taxe GAFA. Nous respectons toutes les lois fiscales dans tous les pays où nous agissons ». En attendant, pour engranger ses revenus, il compte plus que jamais sur son modèle publicitaire, souvent décrié, notamment sur le ciblage. Pour le dirigeant il est possible « en 3 clics » de l’éviter, soulignant qu’en moyenne, l’utilisateur de Facebook était soumis sur son fil d'actualité à « 8-9 publicités (…) pour 100 contenus visionnés ». Laurent Solly pointe également dans les colonnes du Parisien que sur 10 000 contenus postés sur Facebook, « 23 à 27 sont considérés comme violents ». Il annonce ainsi que « nous utilisons également des outils d'intelligence artificielle pour, de façon pro-active et non plus uniquement sur signalement comme avant, repérer et bloquer des contenus qui ne répondent pas à notre charte ». Et d’indiquer que sur les six derniers mois de l'année 2018 « 12 millions de contenus, posts, photos ou vidéos liés au terrorisme » ont été exclus du réseau social « en les repérant dans 99,5% des cas avant même qu'ils ne soient diffusés ». Concernant les publications pornographiques et pédo pornographiques, ce taux est de 96%.

Accélérer sur le « privé »

Par ailleurs interrogé sur la volonté du Mark Zuckerberg de faire de Facebook un lieu d’échanges « plus intime », Laurent Solly précise que le réseau social va accélérer la cadence sur le « privé » avec un renforcement de la protection « des données, des messages, par cryptage, ou en favorisant les posts temporaires, les stories, qui s’effacent au bout de 24 heures ». Puis, concernant les futures Élections européennes, le patron Europe du Sud de Facebook indique que les dispositifs de contrôles des infos vont être « renforcés par l’ouverture d’un centre des opérations, à Dublin, où toutes nos équipes seront rassemblées pour 24h/24h sortir les fausses pages, identifier toute tentative d’interférence, notamment étrangère », martelant au passage ; « si nous en découvrons une, nous dirons d’où elle vient ».

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par