Facebook veut faire jouer via Messenger

Facebook espère se faire une place sur le marché des jeux mobiles avec une nouvelle plate-forme permettant de jouer directement depuis sa messagerie instantanée mobile Messenger ou le fil d'actualité de son propre réseau social. "Instant Game" a été lancé mardi dans une trentaine de pays avec 17 titres dans l'immédiat, dont des reprises de classiques comme "Pac-Man" (Bandai Namco) ou "Space Invaders" (Taito), et des créations plus récentes comme "Words with Friends" (Zynga) ou "Shuffle Cats Mini" (King). Le groupe américain attire depuis longtemps les amateurs de jeux dits "sociaux", certains titres de Zynga comme "FarmVille" ou "MafiaWars" y ont même été un temps extrêmement populaires, mais il vise cette fois en priorité les joueurs sur smartphones.  "C'est la première fois que Facebook met des jeux directement sur les appareils mobiles", a indiqué à l'AFP Leo Olebe, en charge chez Facebook des partenariats mondiaux dans les jeux, disant s'attendre surtout "à ce que les gens interagissent avec Instant Games à travers Messenger, surtout au début". Outre les recettes tirées de la publicité mobile, Facebook doit trouver des relais de croissance, et il a notamment multiplié les services intégrés à Messenger, qui revendique plus d'un milliard de membres.

Le groupe a repris un peu le même principe que "Instant Articles", qui permet un chargement plus rapide d'articles de journaux en les hébergeant directement sur Facebook au lieu de n'y publier qu'un lien renvoyant les lecteurs sur le site internet des journaux. "Instant Games" promet pour sa part de jouer ou de défier ses amis de manière "rapide et facile" directement depuis une conversation dans Messenger ou sur son fil d'actualité, sans avoir à télécharger ou installer une application au préalable. L'objectif affiché dans l'immédiat est d'augmenter l'engagement des utilisateurs avec les services du groupe, et pas encore de rapporter de l'argent. "On est encore au début de la procédure, la monétisation viendra plus tard", dit Leo Olebe. Il promet par ailleurs des "contrôles" aux utilisateurs craignant d'être envahis par les invitations de leurs amis, même s'il assure que "les jeux ne sont pas conçus pour récompenser les gens de convaincre un nombre croissant de personnes à jouer".

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par