La question des faux utilisateurs bloque le rachat de Twitter, selon Musk

Elon Musk
(© Duncan.Hull)

Le multimilliardaire Elon Musk a estimé mardi qu'il restait "quelques problèmes non résolus" dans son projet de rachat de Twitter pour 44 milliards de dollars, notamment la question "très importante" du nombre de faux utilisateurs sur le réseau social. "Il reste quelques problèmes non résolus", a déclaré Elon Musk pendant le Qatar Economic Forum à Doha, où il est apparu en visioconférence, mais n'a pas souhaité trop s'étendre sur le sujet "sensible" du rachat de Twitter. Selon lui, le réseau social estime le nombre de faux comptes et de spams à moins de 5% des utilisateurs actifs quotidiens, ce que l'entrepreneur met en doute.

"Nous attendons toujours un règlement sur cette question qui est très importante", a martelé le patron de Tesla et de SpaceX, alors que Twitter a finalement accepté début juin de lui fournir les informations nécessaires sur ce sujet. La dette de Twitter et le vote favorable des actionnaires font également partie des points à résoudre, a-t-il ajouté. Elon Musk souhaite que 80% de la population nord-américaine et la moitié du monde rejoigne le réseau social et reconnaît qu'il ne faut donc pas que ce soit "un espace sur lequel les gens se sentent mal à l'aise ou harcelés". C'est là qu'entre en jeu sa conception de la liberté d'expression, "différente de l'accès libre" aux contenus. "L'approche de Twitter devrait être de laisser les gens dire ce qu'ils veulent dans les limites de la loi et de limiter qui voit quoi selon les préférences des utilisateurs", a-t-il plaidé.

Si son projet de rachat aboutit, Elon Musk souhaite "piloter le produit" Twitter, comme il le fait chez Tesla et SpaceX, sans nécessairement avoir le titre de PDG. Le multimilliardaire a également précisé les chiffres publiés dans les médias début juin sur une possible baisse d'effectifs chez Tesla, annonçant que le nombre d'employés devrait diminuer d'environ 3,5% dans les trois prochains mois avant de recommencer à augmenter dans un an. A propos de l'élection présidentielle américaine de 2024, l'entrepreneur a indiqué qu'il n'avait pas décidé qui soutenir mais qu'il pensait investir entre 20 et 25 millions de dollars dans la campagne du candidat sur lequel se porterait son choix. Elon Musk a précédemment dit qu'il penchait pour le gouverneur républicain ultra-conservateur de Floride, Ron DeSantis.

À lire aussi

Filtrer par