Le Sénat lance une mission sur la lutte contre « l’illectronisme »

electro

Une mission d'information « sur la lutte contre l'illectronisme et pour l'inclusion numérique » a été mise en place au Sénat : ses membres soulignent sa « pertinence » dans le contexte de l'épidémie de coronavirus, même si sa création a été décidée avant la crise. Créée à l'initiative du groupe RDSE à majorité radicale, qui a fait usage de son « droit de tirage » (une commission d'enquête ou une mission d'information par groupe et par année parlementaire), la mission d’information s’est réunie pour la première fois mercredi. Elle a désigné Jean-Marie Mizzon (centriste, Moselle) comme président et Raymond Vall (RDSE, Gers) comme rapporteur. « Le sentiment dominant est la pertinence de cette initiative eu égard à la crise sanitaire », indique-t-elle dans un communiqué. « Alors que la majorité de nos concitoyens ont pu maintenir une connexion avec le monde extérieur grâce au digital, beaucoup ressentent légitimement un sentiment d'injustice face à l'exclusion numérique ». Jean-Marie Mizzon a évoqué « un État qui se dématérialise à grande vitesse et une formation aux usages numériques à petite vitesse ». La mission organisera quatre tables rondes en visioconférence, avec les acteurs du numérique, les associations qui développent des programmes d’aide aux usages du numérique, des think tanks et des chercheurs et des start-up qui proposent de faciliter la formation au numérique. Le Sénat tiendra par ailleurs le 27 mai dans l'hémicycle, à l'initiative du groupe centriste, un débat sur le thème : « la crise du Covid-19 : révélateur de la dimension cruciale du numérique dans notre société : quels enseignements et quelles actions ? ».

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par