YouTube en France : des constats, des ambitions, de la mesure et des chiffres…

youtbue
(© Thierry Wojciak/CBNews)

A l’occasion de la 1ère édition de son « YouTube Festival », la plateforme vidéo s’est livrée jeudi matin à une plaidoirie mêlant transparence (un peu) et séduction (beaucoup) pour le marché français. Il faut dire qu’il s’en est passé des choses sur YouTube depuis la première vidéo mise en ligne le 24 avril 2005 par l’un de ses cofondateurs. Plus de 14 ans. Hier, pour les Anciens. La Préhistoire pour des générations qui n’ont connu son appli que nativement installée sur leur smartphone. Aujourd’hui, en France, la plateforme propose un catalogue de programmes où se mêlent majoritairement créateurs, institutions & médias, et des personnalités qualifiées de « off-line » par la toute nouvelle directrice depuis avril de YouTube dans l’Hexagone, Justine Ryst, qui s’occupait jusqu’alors des partenariats autour des contenus pour l’Europe du Sud.

La dirigeante a ainsi détaillé lors d’une conférence de presse, les grands chiffres de la plateforme qui revendique en France 300 chaines avec plus d’un million d’abonnés (vs 10 en 2014), quand le Royaume-Uni en compte 410 et l’Allemagne 150. C’est aussi 46 millions de VU au 1er trimestre (source Médiamétrie//NetRating), avec une thématique-phare, la musique, qui engrange 76 millions de vues par jour, souligne Mme Ryst. Dans ce lot, 87% du Top 100 des clips les plus regardés sont pour les artistes français, se félicite-t-elle, en parlant « d’exception culturelle française ». Au niveau mondial, YouTube, ce sont 2 milliards d’utilisateurs/mois, 500 heures de vidéos mises en ligne chaque minute ou encore 60 minutes passées en moyenne à visionner ses vidéos chaque jour depuis un smartphone. Mais YouTube, c’est aussi « apprendre et comprendre » avec des chaines dédiées à l’Histoire, les Sciences ou encore la Politique, pour ne citer qu’eux, qui a notamment vu l’interview d’Emmanuel Macron réalisée par « Hugo Décrypte » drainer 450 000 vues en 24 heures, relève la directrice de YouTube en France. Quoi qu’il en soit, les créateurs travaillent dorénavant à des formats de plus en plus compliqués et techniques à produire, comme des « documentaires, des fictions et des courts-métrages ». Pour expliquer cette montée en gamme, Justine Ryst note les progrès techniques de la plateforme elle-même, une résolution d’images bien meilleure et pléthore d’outils d’édition en constante évolution.

Côté transparence, Justine Ryst rappelle que depuis le début 2018, YouTube publie un rapport trimestriel dédié, qui liste ses interventions en termes de modérations ou encore de suppressions de comptes. Elle souligne en outre que « 10 000 personnes chez Google (maison-mère de YouTube, ndlr) sont chargées de la modération, épaulées par le machine learnig ». Elle ajoute enfin qu’une dizaine d’associations sociétales « référentes » travaillent avec la plateforme vidéo.

Un paramétrage du système de recommandation

Par ailleurs, interrogée par l’AFP, Justine Ryst indique que de nouveaux boutons, testés aux Etats-Unis et déployés progressivement en France et dans le monde, permettront à l'utilisateur de YouTube de supprimer de sa liste de "vidéos recommandées" les chaînes qu'il ne souhaite pas regarder. "Cela permettra aux utilisateurs de rectifier le tir" concernant la personnalisation effectuée par l'algorithme, a-t-elle expliqué Justine Ryst. Une autre fonctionnalité permettra de savoir pourquoi une vidéo a été recommandée. Des enquêtes de "Youtubeurs" français ont mis en exergue ces derniers jours les erreurs factuelles ou propos complotistes d'autres chaînes très populaires sur la plateforme. "La communauté elle-même s'autorégule, réagit et travaille à mettre en lumière des sujets qui ont besoin de plus d'explications. Ça n'est pas notre rôle de faire ça", a répondu Justine Ryst, interrogée sur le sujet. "Nous, on considère qu'on a des règles d'usage très claires et très strictes. A partir du moment ou un utilisateur les enfreint, son contenu est bloqué", a-t-elle ajouté. "C'est à l'utilisateur de faire son choix" parmi les multiples avis proposés par l'algorithme.

YouTube intègre la mesure d'audience Internet Vidéo 3 écrans de Médiamétrie

Plus tard dans cette journée de Festival, YouTube a annoncé son intégration dans la mesure d'audience Internet Vidéo 3 écrans (ordinateur, mobile, tablette) de Médiamétrie. Ainsi, dès la rentrée prochaines, agences média et annonceurs pourront-elles « quantifier la consommation de contenus vidéo sur YouTube et ainsi la comparer aux autres acteurs de la vidéo déjà présents au sein de cette mesure », souligne un communiqué. En avant-première, on sait déjà que « l’ensemble de la population française âgée de 18 ans et + passe en moyenne 25 minutes à regarder des vidéos sur YouTube chaque jour », pointe le communiqué.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par