1000 heures de fictions produites en France en 2018

Le volume de fiction produite en 2018 en France a atteint un niveau record de près de 1.000 heures de programmes, le niveau le plus important en 20 ans, grâce au lancement de nouveaux feuilletons quotidiens, selon le bilan annuel du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). En 2018, France 2 a ainsi lancé son feuilleton quotidien "Un si grand soleil", qui s'ajoute à "Plus belle la vie" sur France 3 et "Demain nous appartient" sur TF1, autant de rendez-vous quotidiens qui connaissent d'importants succès d'audiences avec plus de quatre millions de téléspectateurs en moyenne, note le CNC. Davantage d'heures produites mais aussi une diversification des formats dans la fiction française : la part des sitcoms et feuilletons représentait près de la moitié (47%) de la production de fiction en 1996 mais ne compte plus que pour environ un tiers aujourd'hui. La durée standard des séries françaises est passée de 90 à 52 minutes, format privilégié à l'international, et en 2018, les séries françaises de 26 minutes, une durée très en vogue sur les chaînes mondiales, se sont développées avec le lancement de "HP" et la deuxième saison de "Missions" (OCS) ou encore "Vernon Subutex" (Canal+). "Ces formats, très populaires auprès des publics jeunes, sont de plus en plus demandés à l'international, en particulier par les plateformes numériques", note le CNC.

Le CA à l’export plus que doublé en 5 ans

Les genres se diversifient également avec des séries de science-fiction ("Ad Vitam" sur Arte), du thriller ("Insoupçonnable" sur TF1), des séries historiques ("Speakerine" sur France 2) et des séries jeunesses ("Léna, rêve d'étoile" ou "Skam France" sur France Télévisions). Le CNC salue aussi le succès croissant des séries françaises à l'étranger, avec un chiffre d'affaires à l'export des fictions françaises qui a plus que doublé en 5 ans, passant de 25 à plus de 65 millions d'euros. Des séries comme "Baron noir" (Canal+) ou "La Mante" (TF1) notamment ont su convaincre le marché international. Pour accélérer dans cette voie, le CNC estime qu'il faut augmenter le niveau de financement provenant de l'étranger dans la fiction française (aujourd'hui moins de 5%) et mise sur son Plan séries lancé au festival Séries Mania. "Nos séries rencontrent de plus en plus de succès en France et à l'international. Mais il faut aller plus loin pour relever le défi de l'originalité, la clé dans la bataille des contenus", explique la présidente du CNC Frédérique Bredin. Sur les autres types de programmes audiovisuels aidés par le CNC, l'animation, qui reste le premier genre à l'export, affiche son dynamisme avec la création de près de 1.000 emplois en en un an en France, tandis que la production documentaire est en légère diminution.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par