L'EBG enquête sur le nouveau CDO

Selon un sondage par l’EBG, Informatica et fifty-five dont les résultats seront révélés demain, 86 % des entreprises ont mis en place une stratégie data ou envisagent de le faire. Un chiffre en nette augmentation de 93 % en 2 ans, en 2017 ils n’étaient que 45 % à le déclarer. Par ailleurs, la donnée est considérée par 85 % des professionnels interrogés comme un levier de croissance déterminant pour les entreprises. C’est dans ce contexte que la fonction de Chief Data Officer, apparue il y a 5 ans à peine, se démocratise et se diversifie. Ainsi, près de 60 % des organisations interrogées cette année en comptent une dans leurs effectifs. À la différence de son homonyme le Chief Digital Officer, poste créé pour accélérer la transformation digitale, ce CDO-là devrait s’installer durablement dans les organigrammes. 82 % des personnes interrogées pensent en effet que cette fonction est pérenne.

Quant à la mise en œuvre de leur travail, l’étude montre que les CDO ont cinq mesures prioritaires dans leur agenda. Pour 54 % il faut d’abord mettre en place une gouvernance data dans leur entreprise, pour 38 % il importe avant d’abattre les silos entre les différents métiers, pour 36 % diffuser la culture de la data est la priorité, la même proportion jugeant avant nécessaire de se mettre en conformité avec la réglementation, 33 % pensant qu’il faut surtout travailler sur l’omnicanalité.

Les trois grands défis à relever sont pour 54 %, la conduite du changement, pour 51 % la gouvernance et pour 32 % le manque de ressources humaines auquel ils doivent faire face. De fait, l’étude montre également que 72 % des entreprises rencontrent des difficultés à recruter des profils data et en particulier, des spécialistes de la data science mais aussi les profils hybrides ayant une double sensibilité business et data. Raison de cette pénurie, la difficulté des entreprises à concurrencer les GAFA et autres acteurs de la nouvelle économie en matière d’attractivité RH et le fait que la plupart des profils sont des juniors étant donné la jeunesse de cette profession.

Enfin, cette étude fait également un focus sur les effets du RGPD sur l’activité digitale des entreprises. Résultat, un frein pour 72 % des répondants qui estiment qu’il reste encore des points en suspens dans leur entreprise pour être totalement conformes au Règlement. Mais au-delà de ce constat, 89 % des professionnels interrogés estiment que le RGPD a permis de sensibiliser l’ensemble des métiers à l’importance de la data pour la croissance des entreprises.

Le sondage « Chief Data Officer : de l’inspiration à l’action » a été conduit par l’EBG, avec le soutien d’Informatica et fifty-five, auprès de ses adhérents du 24 avril au 4 juin 2019. 250 professionnels ont répondu au questionnaire, occupant principalement des postes de Chief Data Officer (22 %), ou une fonction dans le digital (19 %), en marketing/communication (16 %), dans les SI (11 %) ou encore en tant que CEO/membres du ComEx (9 %). Ces acteurs évoluent dans des entreprises de toutes tailles et dans des secteurs variés, principalement dans la bancassurance (18 %), les télécoms (10 %), la distribution (8 %) et les médias (7 %).

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par