Havas et les Cannes Lions dévoilent leur étude sur l’entertainment

Le groupe Havas (Vivendi) dévoile, en partenariat avec le festival des Cannes Lions, son étude Prosumers « Cannes 2019 : The future of entertainement », qui explore les évolutions majeures qui transforment la façon dont les consommateurs appréhendent l’entertainment. L’étude repose sur les attitudes et les comportements de 17 411 personnes âgées de 13 ans et plus dans 37 pays, en se focalisant sur les prosumers, consommateurs les plus en avance et créateurs des tendances de marché, qu’Havas indique suivre depuis plus de 15 ans. « Notre rôle aujourd’hui est de donner de la valeur à l’entertainment, et je suis frappé par le fait que cette étude révèle que 83% des personnes aujourd’hui considèrent l’entertainment comme un élément vital dans leur vie. Une bonne nouvelle pour notre industrie », a déclaré Yannick Bolloré, président du conseil de surveillance de Vivendi et CEO d’Havas.

Parmi les enseignements clés de l’étude, on apprend que le divertissement est désormais un élément aussi vital que la santé. 83% des interrogés le considèrent comme un besoin vital. Six prosumers sur dix admettent également qu’ils ne peuvent rester tranquilles sans consommer de contenu, tandis que 56% sont prêts à sacrifier leur sommeil pour regarder une série qu’ils aiment. Près de 4 sur 10 affirment qu’ils ne pourraient pas vivre sans Netflix. 6 prosumers sur 10 souhaitent que nos systèmes éducatifs et nos lieux de travail, ainsi que nos hôpitaux et maisons de retraite, soient plus divertissants.

Vers un divertissement qui éduque

Mais l’étude indique que la valeur du divertissement réside dans sa capacité à enrichir et transformer les habitudes. 93% des prosumers considèrent que la valeur du divertissement réside dans son impact sur le long terme. 78% des prosumers estiment que les plateformes de divertissement mondiales doivent promouvoir du contenu local dans leur langue et 81% d’entre eux disent qu’il est important que les artistes fassent la promotion de leur culture nationale. Les jeunes se sentent à la fois consommateurs et créateurs : 55% des 13-17 ans estiment qu’ils doivent constamment être divertissants pour leurs amis et leur famille, et 43% se sentent obligés de faire de leur vie un divertissement sur les réseaux sociaux. « Cette étude nous a fourni un aperçu surprenant et puissant de ce qui rend le divertissement important pour les consommateurs : non seulement il doit créer une excitation instantanée, mais il doit également éduquer, émanciper les personnes et les aider à devenir meilleures. Et près de la moitié des prosumers seraient prêts à payer plus pour un divertissement qui irait dans ce sens », a commenté Marianne Hurstel, CSO d’Havas Creative Worldwide et Vice-Présidente de BETC.

Pour lire l'étude, suivez ce lien.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par