12-25 ans : Pourquoi ils n'ont plus de temps libre

Millenials
(© freestocks)

À la recherche du temps perdu… Ceci n’est pas le titre de l’œuvre de Marcel Proust mais bien une réalité sociale. En effet, selon une étude publiée par la start-up française Jam, spécialisée en intelligence artificielle, les jeunes ont de moins en moins de temps libre. La faute au temps passé sur les écrans, à du temps perdu, ou encore à d’autres préoccupations qui les empêchent de déconnecter. Voyons le détail…

Aujourd’hui, les jeunes perdent en moyenne 5 heures par jour ; un troisième temps « flou » entre le travail et le temps libre. Mais à quoi s’adonnent-ils dans ces moments-là ? Et pourquoi le « temps perdu » empiète t’-il sur le temps libre ? Est-ce par exemple par fatigue, ou par ennui ? Certains en tout cas, aiment « ne rien faire », alors que d’autres à l’inverse, commencent leur journée bien plus tôt que prévu, pour pouvoir en profiter. Toutefois, si ce « rien » fait du bien pour décompresser d’une dure semaine de travail, ils sont 69% à culpabiliser de ne pas faire « autre chose » et de ne pas rentabiliser leur temps plus efficacement ou plus intelligemment. L’utilisation massive des écrans y est d’ailleurs pour quelque chose.

Les écrans nous font perdre du temps

Ecrans, réseaux sociaux et autres devices, font inévitablement perdre du temps, même en vacances ! Etre hyper-connecté éloigne des autres, empêche de profiter pleinement d’un repas convivial ou de lire un livre avant d’aller dormir. 42% de ces jeunes, poursuit l’étude, déclarent en effet passer plus de 6 heures par jour sur un écran (raisons non spécifiées), enclins notamment à rester connectés sur de multiples plateformes (Instagram à la 1ère place avec 30%, Facebook à la seconde, suivie de Snapchat).

Parmi les autres centres d’intérêts de ces sondés, le visionnage, parfois excessif de vidéos pendant la journée. Les chiffres sont là encore parlants, dévoilant qu’un jeune sur deux appuie sur play, en ligne, tous les jours (VideoScope). Cela avant de dormir, en soirée, dans les transports, en pause et même… au travail ; les séries faisant partie des contenus les plus visionnés (56%) avant les mini-vidéos, les films et les documentaires. Mais fait inquiétant : eux-mêmes avouent être conscients de passer trop de temps sur les écrans. Cela en consommant notamment des snacks contents.

VIDEO

La raison de cette envie soudaine ? Le fait de rester chez soi (53%), de ne pas passer suffisamment de temps dehors à leur goût (65%) alors que paradoxalement, bon nombre d’entre ces interrogés avouent ne pas assez profiter de leur temps libre (58% de femmes de 15 à 25 ans et 42% des hommes) ! Par conséquent : les visites à des amis, les temps de lecture ou de sport, de repos et d’écoute de musique se voient affectés… et limités de leur agenda, au profit des écrans… jusqu’à créer des envies qui n’auront jamais lieu… par manque de temps ! Un cycle infernal, n’est-ce pas ?

SPORT

Se projeter et... freiner au dernier moment

Parmi les premières « projections », ou fantasme : faire du sport. Une priorité au quotidien, si les jeunes avaient plus de temps à disposition pour y aller (28%), passant avant la lecture (23%) ou les parties de jeux-vidéo (11%). Toutefois, 55% pratiquent au moins une discipline par semaine ou un jour sur deux. Mais là encore, selon ces mêmes publics, ce n’est pas assez. 64% de ces 15-25 ans par exemple, estiment ne pas en faire assez. La situation affecte également d’autres disciplines à chaque nouvelle rentrée scolaire : les loisirs créatifs tels que le dessin ou la pratique d’un instrument de musique. Morale de l’histoire ? Apprendre à déconnecter pour varier les activités, créer du lien social et surtout, apaiser et nourrir sa soif de curiosité !

arts

Méthodologie : données provenant de différentes sources d’études Jam ayant été réalisées entre 2018 et 2019 sur un échantillon représentatif, entre 500 et 1000 répondants de 15 à 25 ans.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par