Alimentation : Quelles habitudes des Français au travail ?

brunch
(© Megan Savoie, unsplash)

Aujourd’hui  87% des salariés français déclarent prendre un petit déjeuner, dont 72 % à leur domicile. Mais de quelle façon consomment t’-ils une fois sur leur lieu de travail ? Pour connaître leurs goûts et leurs habitudes et savoir s’ils sont heureux professionnellement, Lavazza, société italienne née en 1895 à Turin, présente dans 90 pays par le biais de ses distributeurs et exportants, a mené l’enquête avec  l’Ifop. Une méthodologie menée auprès d’un échantillon de 10001 personnes, représentatif de la population salariée française, autour d’interviews (questionnaire en ligne) entre le 12 et le 17 juin derniers.

Ils sont peu nombreux à sauter le petit déjeuner…

Aujourd’hui 87% des salariés français déclarent prendre un petit déjeuner, dont 72 % à leur domicile. Ainsi, pour les trois quarts d’entre eux, ce repas est un rituel, bien installé dans les foyers français. En effet, seuls 13% des interrogés déclarent ne rien manger le matin, qu’ils soient au travail, sinon chez eux. Ils sont cependant moins nombreux à attendre d’être arrivés sur leur lieu de travail pour prendre leur premier repas de la journée (17%). Quant à la pratique du grignotage, elle ne concerne que 5% des salariés. Mais qui sont ces petits-dej addicts ?

conso

Selon l’étude, l’habitude de prendre son petit-déjeuner chez soi concernerait 74 % à 78% des salariés de plus de 35 ans), contre les plus jeunes générations, un peu plus en retrait (62% à 65 % pour les 18-34 ans). La raison ? Ils ont pris l’habitude de consommer sur leur lieu de travail (23% à 25% contre 17%). D’un point de vue géographique également, l’étude révèle que les franciliens sont plus en retrait sur la question, face aux populations de province : celles-ci prenant plus de temps pour se restaurer, avant de partir travailler (66 % contre 73%).

travail

 

La boisson chaude, star de toutes les tables

En étudiant les prises de repas des sondés, Lavazza s’est aussi intéressée au type d’aliments et de boissons consommées sur les tables. La majorité consommant aujourd’hui, des boissons chaudes (85%) et du pain (57%), avant de boire du jus ou lait à 52% et de croquer dans les viennoiseries et autres gâteaux (45%), sinon dans les biscotes ( ¼ des salariés). Des produits consommés bien avant les fruits (35%), les céréales (32%) et les produits laitiers (31%).

coffee
(© Nathan Dumlao, unsplash)

Quant au salé, seuls 15% des sondés y touchent à ces heures-là. Les hommes se laissant plus facilement tenter par le salé que les femmes (19% contre 11%). Aussi, pour en revenir aux boissons, (essentielles et bues chaudes pour les salariés de plus de 50 ans, à 92%), les jeunes, de moins de 25 ans privilégient les boissons fraîches ( 71% contre 37% chez les plus âgés). Même observation pour le cas des céréales (52%), qui, sont absentes du petit déjeuner des plus seniors de l’échantillon (18%).Mais du côté des plus de 50 ans, les aliments sur la table sont traditionnels.

Enfin, si les salariés de moins de 35 ans intègrent sensiblement plus que les autres, les fruits au cours du repas matinal, (38% et 46%), ils apprécient aussi les viennoiseries et les gâteaux (57% et 49%). Toutefois, les caractéristiques et les préférences peuvent varier selon les zones géographiques : si les franciliens optent davantage pour les viennoiseries (52% contre 43%) et pour les produits laitiers (36% vs 30% en province), les biscottes sont bel et bien présentes dans la cuisine (29% contre 19%).

coissant
(© Fiona Smallwood, unsplash)

 

petit déjeuner

 

Le déjeuner des français passe à la loupe

Aujourd’hui, l’étude mentionne que sept salariés sur dix déclarent globalement manger sainement lorsqu’ils se trouvent dans leur univers professionnel. Un résultat global encourageant, toutefois contré par le fait que seuls 8% d’entre eux déclarent manger « très sainement » contre 62 % « plutôt sainement ». Par ailleurs, près de 1/3 des répondants a le sentiment de mal se nourrir au travail en grignotant (ceux de moins de 25 ans à 37%, les femmes de moins de 35 ans à 33%, les ouvriers à 36% et les salariés grignotant le matin pendant leur trajet (49%) ou qui achètent des produits via un distributeur automatique ( 59%).  De nombreux dispositifs de nourriture en libre service sont en effet très présents sur les sites de grands sièges... Ceux qui peuvent déjeuner à la cantine,(77%) apportent leur propre repas (72 %) ou prennent le temps de se restaurer avant de quitter le domicile (75%) sont ceux qui pensent s’alimenter de la façon la plus correcte dans leur univers professionnel. Mais là encore, des petites tentations persistent (1 salarié sur deux déclare y être souvent exposé à 14%, sinon de temps en temps, à 31%). Un phénomène tout particulièrement observé dans les grandes entreprises (52%), aussi bien chez les salariés, que chez les cadres, de même que les franciliens (51% vs 44% en province).

fruits
(© Brenda Godinez, unsplash)

Pas assez de prévention alimentaire ?

Selon l’étude, les salariés pointent un manque de prévention alimentaire sur leur lieu de travail. En effet, à peine plus d’un salarié sur cinq (21%) déclare avoir déjà assisté, au sein de son entreprise, à des actions de prévention à ce sujet. Aussi, certaines catégories de salariés apparaissent plus réceptives à ces messages à l’instar des hommes (24%), les femmes (18%) des salariés du public (25%) ou des cadres (29%) et des ouvriers, représentant 16%. Mais plus la taille de l’entreprise est importante, plus les salariés déclarent avoir été exposés à ce type de messages (10%) dans les entreprises de moins de 10 salariés contre 31% dans celles comptant plus de 250 salariés. Le secteur de l’administration (25%) serait également le plus prévenu à ce sujet, contrairement à celui de la construction et des services (14% et 16%).

meeting
(© Drew Beamer, Unsplash)

L’alimentation est ainsi révélatrice des habitudes de la population et de son sentiment, ou pas de bien-être au travail et plus largement, dans la sphère professionnelle. Un sujet qui devrait, selon les sondés, être pris plus au sérieux par les entreprises. Quant au petit déjeuner, il n’est pas encore scientifiquement prouvé que le sauter, est réellement néfaste, ou à l’inverse positif pour la santé et les apports journaliers. Et maintenant, opterez-vous pour la salade de fruits ou le panier de viennoiseries du brainstorming avec votre patron et les clients ?

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par