Bien manger : pour ou contre le smartphone à table

telephone
(©  Breakslow, Unsplash)

La marque Président dévoile les résultats d’une enquête menée par OpinionWay qui porte sur la relation des Français avec leur smartphone à table et sur le plaisir du « bien manger ». De quoi, peut-être, bousculer nos habitudes alimentaires et le temps consacré à ce moment crucial dans la journée. 

Alors qu'en juin 2019 Amora dévoilait un sondage sur l'impact des écrans à table en compagnie de spécialistes de l'alimentation, c'est au tour de la marque de produits laitiers Président, de dévoiler ses résultats en matière d'utilisation d'appareils électroniques au moment des repas en France. Eh oui, on ne le présente plus car il a sauté de la poche du jean jusqu'à la serviette de table : le smartphone. Un outil magique du quotidien pour petits et grands, qui pourtant, a fait naître bien des paradoxes chez les gourmands : une liberté totale d'utilisation en parallèle d'une contrainte à la convivialité. Alors « Sommes-nous prêts à corriger nos habitudes ? »,  s'interroge l'annonceur en préambule du document, « Faut-il accorder au téléphone autant de place entre l'entrée et le dessert ? », ou encore « Est-ce finalement un outil dangereux pour la santé, un coupe-faim ? »

Un Français sur deux connecté à table

Constat phare de l'étude, les enfants ne sont pas les seuls à enfreindre les règles pour se connecter à leurs appareils électroniques et éviter ainsi les portions de légumes ! Comme l'indique la publication de la marque Président, 75% des 18-24 ans, 70% des 25-34 ans et plus d'un Français sur deux (55%) répondent aujourd'hui au téléphone et envoient des textos au moment des repas. Une mauvaise habitude muée en une norme sociale, à l'exception des plus de 65 ans (qui n'y cèdent pas encore). Le smartphone, normalement posé près de l'assiette à la maison s'est même progressivement invité au restaurant avec 80% des Français estimant, en général, que ce dernier est envahissant, contre un sondé sur trois (de 18-34 ans) qui considère que son utilisation à ces moments-là « c'est naturel et dans l'air du temps ». Et que prétendre au contraire, ne serait rétrograde. « Pour les 18-34 ans, le smartphone fait indéniablement partie de l'environnement, on ne peut pas l'exclure sous peine de régresser à un temps d'avant. De nouveaux codes de bienséance avec téléphone portable sont en train de s'inventer où le téléphone portable vient meubler les blancs dans la conversation de manière dynamique et moderne », précise par exemple le sociologue Ronan Chastellier. 

burger
(© Spencer Davis, Unsplash)

Le téléphone à table, un conflit à l 'eau de boudin

Si 28% des 18-24 ans estiment que le téléphone rend plus vivant le repas, permet de rebondir sur des conversations, des anecdotes comme s'il s'agissait d'une tierce personne physiquement présente, 84% des interrogés répondent à l'inverse, que cela limite les conversations autour d'un repas et provoque des interruptions intempestives. Pour 62% d'entre eux, cet appareil nuit à la convivialité et pour 44%, que consulter son écran empêche d'apprécier pleinement son plat. Enfin, 32%  indiquent que cela nuit à la déconnection et 23% que cette utilisation est moins bénéfique pour la santé. 18% jugent même sa présence stressante et10% estiment que l'avoir entre les mains raccourcit la durée du repas. Les autres (9%) sont même d'avis qu'il est susceptible de couper
l'appétit car on ne se concentre plus sur les saveurs dans l'assiette, mais sur le contenu glissant sur l'écran. Qu'en déduire alors ? Que cet objet est source de conflit  (68% indiquant qu'il crée des conflits familiaux).

IMPACT TELEPHONE

Aussi, ce qui selon les Français (33%) encourage le plus la présence du téléphone portable à table, c'est la posture équivoque des adultes face à celles des enfants. Les jeunes eux,  (25% des 18-24 ans) le justifient par la nécessaire réactivité aux réseaux sociaux (une injonction à répondre instantanément). Ils sont par ailleurs 26% des 18-24 ans à estimer que, sans le téléphone sur les genoux, c'est l'ennui total à table ( ne se sentent pas concernés par les conversations). « Le smartphone s’est imposé dans nos vies et même sur nos tables. Cette étude montre toutefois qu’il semble être une vraie « pollution » à table pour la majorité des Français ; il dérange et vient perturber les pauses repas auxquelles les Français sont pourtant très attachés et qu’ils regrettent de ne pas vivre parfois de ne pas vivre pleinement », décrypte également Gwenaëlle Lettermann, directrice marketing Lactalis Fromages.

baby food
(© Unsplash)

Manger ensemble, ça compte

Pour autant, si le téléphone s'est imposé à table, a changé certains comportements et bouleversé les bienséances, bon nombre de Français sont encore très attachés aux repas traditionnels ou du moins, à ceux qui permettent d'échanger en toute convivialité. Ainsi, au delà du « bien manger » (incluant les notions de qualité des aliments et des nutriments), s'impose aussi le « mieux manger » avec un temps approprié pour se détendre et déguster sa nourriture. « Ces rituels sont même recommandés pour éviter certains troubles du comportement alimentaire et faire du plaisir un véritable allié pour manger mieux au quotidien, conclut Gwenaëlle Lettermann, directrice marketing Lactalis Fromages.  Bien sûr le smartphone fait partie de notre vie… mais peut-être pouvons-nous juste essayer de lui réserver la place qu’il mérite, le mettre de côté le temps de nos pauses repas ».

pizza
(©  Klara Kulikova, Unsplash)

Méthodologie : Etude Président et OpinionWay menée du 2 au 3 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1006 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et via un questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI. 

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par