Ce qui intéresse vraiment les Français quand ils font des courses

trolley
(© Alexandru Tugui, unsplash)

Aujourd’hui, six Français sur dix font leurs courses à 10 euros près. Un constat sans appel d'In-store Media, spécialiste de la communication en point de vente (media d’affichage dans 200 centres commerciaux et 190 hypermarchés en France) et Ipsos qui publient une étude sur les comportements des shoppers français lors de leurs courses quotidiennes (alimentaire, boissons, hygiène, entretien). Et il semblerait que, selon ce baromètre, les consommateurs soient très vigilants quant au contrôle des dépenses et enclins à consommer mieux pour préserver leur santé….

Leurs courses se font à 10 euros près et ils sont plus de 7 Français sur 10 à se préoccuper de manger sainement. Toutefois, un Français sur deux a déjà renoncé à l’achat d’un produit lui permettant de manger sainement car considéré comme trop cher. Eh oui, c’est en magasin que se prennent la majorité des décisions d’arbitrage, notamment sous l’influence des promotions, de l’expérience d’achat, ou des autres informations présentes en magasin.

La priorité aux prix bas et promotions

Dans un contexte socio-économique marqué par des crispations sur le pouvoir d’achat, l’attention portée aux prix et aux promotions reste primordiale pour les consommateurs. Une préoccupation qui se traduit au moment de remplir son caddy puisque 58% des Français font leurs courses du quotidien à 10 euros près (dont 14% à l’euro près) alors que d’autres, qui n’ont pas la  même marge de manœuvre budgétaire, disent ne pas vraiment compter lors de leurs courses du quotidien (40%). Aussi, les résultats de l’étude mettent en lumière des inégalités générationnelles et sociales avec un chiffre en augmentation chez les plus de 45 ans (47 % des 45-65 ans) et chez ceux qui ont des revenus élevés (46% des foyers avec 30 000 à 60 000 € de revenus annuels). Mais que traduisent les dépenses de ces types de profils ? Qu’ils sont tous, plus ou moins sensibles aux promotions car elles influent sur le choix des produits en magasin (pour 86% des Français), devant la liste de course (79%). Il peut ainsi y avoir des dépenses initialement non inclues au budget de la liste de courses, entre l’arrivée dans le point de vente et le moment du passage en caisse…

market
(© Jordan Madrid, Unsplash)

Dans un contexte socio-économique marqué par des crispations sur le pouvoir d’achat, l’attention portée aux prix et aux promotions reste primordiale pour les consommateurs. Une préoccupation qui se traduit au moment de remplir son caddy puisque 58% des Français font leurs courses du quotidien à 10 euros près (dont 14% à l’euro près) alors que d’autres, qui n’ont pas la  même marge de manœuvre budgétaire, disent ne pas vraiment compter lors de leurs courses du quotidien (40%). Aussi, les résultats de l’étude mettent en lumière des inégalités générationnelles et sociales avec un chiffre en augmentation chez les plus de 45 ans (47 % des 45-65 ans) et chez ceux qui ont des revenus élevés (46% des foyers avec 30 000 à 60 000 € de revenus annuels). Mais que traduisent les dépenses de ces types de profils ? Qu’ils sont tous, plus ou moins sensibles aux promotions car elles influent sur le choix des produits en magasin (pour 86% des Français), devant la liste de course (79%). Il peut ainsi y avoir des dépenses initialement non inclues au budget de la liste de courses, entre l’arrivée dans le point de vente et le passage en caisse…

Une obsession pour la healthy food

Plus qu’une tendance, le ‘’healthy’’ s’inscrit dans une mutation profonde des comportements d’achat des consommateurs en France. En effet, 75% des shoppers déclarent faire attention à manger sainement dont 82% des 45-65 ans, 78% des femmes, 82% des Franciliens et 78% des CSP+. Mais comment traduire cette sorte d’obsession du bien manger ? Par le fait qu’une grande majorité d’entre eux veut consommer varié (96%), équilibré (95%), souhaite limiter les apports en sucre (90%) et en gras (87%) et privilégier des produits avec une origine connue (87%) et made in France (86%). Les produits présentant un nutriscore favorable, bio ou limités en protéines animales font aussi partie d’une alimentation saine pour les 2/3 des Français. Ainsi, les critères de choix des produits alimentaires sains concernent toute une série d’informations : provenance, traçabilité, made in France, label, sans oublier… le prix !  

vignes
(© Maja Petric, unsplash)

Le dilemme de concilier pouvoir d’achat et conso healthy

Toujours selon la méthodologie, si le ‘’healthy’’ s’impose auprès de la grande majorité des Français, il ressort du Baromètre Shopper, qu’il n’est pas facile pour 4 consommateurs français sur 10, de contrôler ses dépenses tout en mangeant sainement.50% des 35-44 ans sont d’ailleurs dans cette situation. Et une personne sur deux a déjà renoncé à un produit ‘’sain’’ le considérant alors trop cher par rapport à son pouvoir d’achat. Un véritable dilemme pour les acheteurs, oscillant entre choix du cœur et devoir.

Le magasin, zone des décisions d’arbitrage

Le magasin est également la zone des décisions d’arbitrage puisque 61% des consommateurs ne respectent pas la liste des courses, voulant bénéficier d’une promotion, voulant acheter quelque chose dont ils ont envie(54%) ou tester un nouveau produit, sinon saisonnier (30%).Ils sont aussi attirés par les nouveautés (70%) et par des informations magasin. A ce titre, un Français sur deux déclare être influencé par les écrans et par les affiches vues en magasin.

trolley
(© Matheus Vinicius, unsplash)

Les marques ont ainsi compris qu’il était facile de séduire un consommateur en tentant de susciter chez lui un achat impulsif toutefois, celui-ci à la recherche de plus nombreuses informations sur le produit et sa qualité, est plus réfléchi et plus dubitatif quant au choix des produits qu’il achète et soucieux de leur valeur.

Méthodologie : étude réalisée auprès de 1000 Français qui ont été interrogés sur Internet du 9 au 12 avril suivant la méthode des quotas.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par