Le marché de la téléphonie encore plombé par les services fixes au 1er trimestre

telephone

Le marché français de la téléphonie a entamé l'année 2019 de la même manière qu'il a terminé la précédente, avec une nouvelle baisse de ses revenus, de 2,6%, sur les trois premiers mois par rapport à la même période un an plus tôt, selon des données publiées jeudi par le régulateur du secteur. Le marché est en effet en baisse constante depuis le troisième trimestre 2017, souffrant en particulier d'une baisse des services fixes, ce qui se confirme encore entre janvier et mars 2019 selon l'observatoire des marchés des communications électroniques de l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep). Au total, le marché des télécoms en France est repassé sous la barre des 9 milliards d'euros de revenus sur le trimestre, à 8,64 milliards. La téléphonie fixe s'inscrit en effet toujours en repli, de 3,9%, par rapport au premier trimestre 2018, confirmant la baisse des trimestres précédents malgré une progression constante des abonnés disposant de la fibre, attendue comme plus rémunératrice pour les opérateurs. Entre janvier et mars, la facture moyenne mensuelle a de nouveau reculé, perdant 50 centimes par rapport au trimestre précédent, pour s'établir à 31,30 euros, ce qui représente même une baisse de 1,80 euro par rapport au premier trimestre 2018. Sur le mobile, le marché progresse pour sa part de 1,1%, ne compensant cependant pas la baisse du fixe, poursuivant ainsi sur la tendance de hausse observée sur l'ensemble de l'année 2018.

Signe de la rationalisation des promotions sur le mobile, la facture moyenne mensuelle s'est établie à 14,10 euros lors du premier trimestre, en baisse certes de 30 centimes par rapport au trimestre précédent mais stable par rapport à la même période un an plus tôt. Globalement, la facture mensuelle moyenne mobile reste dans une fourchette de 14,10 à 14,70 euros depuis le début de l'année 2017, signe de la stabilisation du marché. Les revenus annexes (interconnexion entre opérateurs, gestion des centres d'appels, location de terminaux) ont vu de leur côté leur baisse s'accélérer, perdant 6,5% sur un an, après une baisse de 3,2% sur un an au trimestre précédent. Du côté des usages, l'observatoire souligne toujours la forte hausse des usages de données mobiles, en augmentation de 44% en un an pour l'ensemble des abonnés (5,3 gigaoctets par abonné et par mois, et même 7,7 Go par mois pour les abonnés 4G). Les appels vocaux sont également en hausse sur le mobile (+2,8% sur le trimestre) alors que ceux passés via des lignes fixe sont en forte baisse (-15,5% via les box internet et même 20,3% via le réseau fixe historique, le RTC). L'usage des SMS poursuit également sa baisse, de 6,2% en volume global, avec désormais 188 SMS envoyés par mois et par abonné, en moyenne.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par