Protections des données : et si les Français s’en fichaient (un peu) ?

data

17% des Français seraient prêts à payer plus cher leurs achats auprès d’une entreprise qui s’engage à protéger la confidentialité de ses données personnelles, selon une étude mondiale OpenText réalisée auprès de 2 000 consommateurs. Une proportion bien inférieure à celle de leurs homologues allemands (41%), britanniques (49%) ou espagnols (36%) dans une étude qui prend acte du « manque » de connaissance du public hexagonal quant au traitement de ses données par les entreprises, comparé à ses voisins européens. Dans ce contexte, 33% du panel français interrogé ne fait pas confiance aux entreprises pour préserver la sécurité ou la confidentialité de ses données personnelles, contre 47% des Allemands, 45% des Britanniques, 39% des Espagnols. De plus, 42% des Français ne se sont jamais posé la question, contre 34% des Allemands et des Britanniques, et 33% des Espagnols. Une large majorité des consommateurs français (86%) n’ont en outre « aucune idée » du nombre d’entreprises qui utilisent, stockent ou accèdent à leurs données personnelles, telles que leur adresse e-mail, leur numéro de téléphone ou leurs coordonnées bancaires. Un chiffre qui se démarque toujours de celui de leurs voisins, relève l’étude : 73% des Allemands, 80% des Britanniques, 79% des Espagnols. Une proportion qui « coïncide » avec le fait que 38% des Français affirment n’avoir aucune connaissance de la législation destinée à protéger ces données, contre 24% des consommateurs allemands, 16% des Britanniques et 28% des Espagnols. Dans les faits, seuls 23% des consommateurs français déclarent qu’ils seraient prêts à entrer, de leur propre initiative, en contact avec une entreprise afin de vérifier l’utilisation faite de leurs données personnelles ou la conformité de leur conservation. Leurs voisins Allemands (25%), Britanniques (32%) et Espagnols (38%) semblent donc plus proactifs en la matière. Moins d’un Français sur dix (9%) a déjà effectué cette démarche au moins une fois, contre 12% des Allemands, 13% des Britanniques et 17% des Espagnols.

60% des consommateurs français (contre 73% des Britanniques) estiment par ailleurs savoir comment protéger la confidentialité et la sécurité de leurs propres données dans les applications, les comptes e-mail et sur les réseaux sociaux, qu’il s’agisse de configurer les paramètres relatifs à la vie privée ou de désactiver la géolocalisation. Cependant un sur dix (11%) pense que la préservation de la confidentialité et la sécurité de leurs données relève de la responsabilité de l’application ou de l’entreprise en question. « Paradoxalement, les Français sont parmi les plus pessimistes quant à l’avenir de la protection de leurs données (…) », à peine plus d’un Français sur dix (11%) juge que nous sommes arrivés au stade où chaque entreprise satisfait à ses obligations légales d’assurer la confidentialité des données de ses clients, soit moins qu’en Espagne (17%) et en Allemagne (13%). Du reste, près d’un cinquième (19%) des Français interrogés considèrent que cela ne sera vrai que « dans un avenir lointain, voire jamais », contre 26% des Allemands, 24% des Britanniques et 18% des Espagnols.

Méthodologie : étude réalisée via Google Surveys en avril-mai 2020. À la demande d’OpenText, 12 000 consommateurs ont été interrogés anonymement en Allemagne, en Australie, au Canada, en Espagne, en France, au Royaume-Uni et à Singapour. Le panel français comprenait 2 000 participants.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par