La SVoD distance la Pay TV, selon NPA

TV

NPA Conseil a publié une étude réalisée par Harris Interactive entre le 3 et le 7 juillet sur le portrait-robot de la « France OTT » (3966 internautes français de 15 ans et plus interrogés) : connaissance de cette nouvelle architecture de distribution (du point de vue de son fonctionnement pratique, au moins), notoriété des services disponibles, intérêt pour ces derniers, etc. On y apprend que depuis le milieu de la décennie 2010, et notamment le lancement de Netflix en France à l’automne 2014, l’OTT bénéficie de ventes de plus en plus porteurs.

Vers une migration massive sur les offres OTT

D’Amazon Prime Video à Telefoot, en passant par Disney+, Netflix, OCS ou RMC Sport, les nouveaux services commercialisent systématiquement leurs offres en direct, et les accords avec les distributeurs traditionnels (FAI, Canal+) sont de moins en moins systématiques. Ces derniers sont concurrencés par les agrégateurs virtuels (Amazon Channels, Apple TV+, myCanal, Molotov…), qui proposent bouquets ou services à option, en s’adossant à l’infrastructure des FAI… La montée en puissance des abonnements au très haut débit fixe (10 millions à fin mars 2020, en cumulant VDSL 2, câble coaxial et FTTH) met la qualité de réception des services distribués en OTT au niveau de ceux qui le sont via les réseaux managés des opérateurs (y compris pour les formats les plus « exigeants » comme la 4K).

NPA OTT

Selon NPA, « les conditions sont remplies pour envisager une migration massive vers les offres OTT, et certains éditeurs, dans le premium particulièrement, s’y sont préparés, au travers des applications qu’ils ont développées dans de multiples environnements ». Pour autant, la présence d’un téléviseur au foyer reste systématique ou presque, avec une barrière générationnelle apparente, en termes de compréhension de la différence entre TV « classique » non connectable et smart TV (le questionnaire distinguait les deux équipements). « L’apparition d’offres d’accès sans décodeur (Bouygues Telecom / Samsung, avec préinstallation de l’application B.TV+ et, dans une moindre mesure, bundle SFR / LG) ne pourra que stimuler l’usage des smart TV. De la même façon, plus de 80% des foyers (80,8%) restent aujourd’hui fidèles aux offres triple play, et même plus de neuf sur dix s’agissant des abonnés Free », précise l’étude.

Progression de la SVoD au 1er semestre

Plus de neuf foyers sur dix disposent d’au moins un équipement permettant des connexions en OTT (en intégrant ordinateurs, smartphones), et près d’un sur deux (48%) possède au moins l’un de ceux dont la diffusion vers le téléviseur en OTT constitue la principale raison d’être (smart TV, clés HDMI et box OTT). La progression de la SVoD s’est poursuivie au 1er semestre 2020 : augmentation du nombre de foyers abonnés à un service, au moins (47,2% début juillet, + trois points vs fin 2019) et augmentation du nombre de services souscrits par foyer abonné : 1,66 début juillet, contre 1,36 en fin d’année précédente. La proportion d’abonnés culmine chez les 15/24 ans (63,9%) et chez les propriétaires de clés HDMI ou de box OTT (72,4%).

NPA OTT

Plus d’un Français sur quatre est aujourd’hui uniquement abonné à un (ou des) service (s) de vidéo à la demande illimitée ; à peine plus d’un sur vingt est exclusivement client des offres de pay TV premium « traditionnelle » (beIN Sports, Canal+, OCS, RMC Sport…). Au global, la pénétration de la SVoD affiche aujourd’hui vingt points d’avance sur celle de la Pay TV premium. Plus de huit abonnés SVoD sur dix sont passés par le Web pour souscrire à l’un au moins des services dont ils sont clients ; les « autres moyens » (boutiques & téléphone en priorité, très probablement) dominent chez les exclusifs pay TV.

« Les box des opérateurs sont de moins en moins utiles »

Le niveau d’utilisation de la box comme « moyen d’accès privilégié » aux programmes diffère de plus de 25 points entre ceux qui sont exclusivement clients de services de SVoD (38,5%) et ceux qui sont uniquement abonnés à des chaînes de TV payante (64,5%). Dans le même temps, pourtant, le sentiment que le visionnage de programmes se fera de façon plus satisfaisante via la box d’un FAI reste vivace, et seuls un Français sur quatre estime que « les box des opérateurs sont de moins en moins utiles puisque l’on peut trouver les mêmes chaînes et services de SVoD directement sur les téléviseurs connectés à internet ».

NPA OTT

S’ils ont démarré avec une distribution exclusivement en OTT, Netflix, d’abord, et, plus tardivement, Amazon, ont d’ailleurs multiplié au fil des ans les accords avec les distributeurs, et la mise en parallèle du référencement progressif d’Amazon par les FAI français (Orange excepté), d’une part, de la progression de sa part des usages, de l’autre, dit mieux qu’un long discours sur la façon dont le premier stimule la seconde. « Être à portée de télécommande n’est manifestement pas neutre. Au final, et en forme de synthèse un peu triviale : on peut vivre avec un accès et des contenus qui vivent des vies séparées, mais il est préférable que les deux soient réunis », tranche NPA Conseil.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par