Hit Parade
En partenariat avec Instagram

Sans Définitions Fixes

  • Note du jury :
  • Annonceur : Samusocial de Paris
  • Agence : JOSIANE
  • Catégorie : Print

Problématique

Aujourd’hui, 19% des personnes vivant à la rue ont plus de 60 ans. Pour venir en aide à ces seniors, le Samusocial de Paris a développé la mission Interface. Référent des seniors, elle les accompagne pour trouver une solution adaptée et créer des liens avec des structures d’accueil.
Le Samusocial de Paris souhaitait donc sensibiliser le grand public sur les personnes âgées en centre d’hébergement, consolider la notoriété de sa mission et générer des dons.
La cible prioritaire : des trentenaires urbains, situés en Ile-de-France.

Contexte
Le Samusocial de Paris est un dispositif départemental de service public d’aide aux personnes les plus vulnérables en Île-de-France. Il regroupe différentes aides destinées à améliorer la prise en charge des sans-abri : une équipe de maraudes, des centres d’hébergement d’urgence, des centres d’accueil de jour, des lits infirmiers.
À la rue, il y a des familles, des femmes, des enfants, des migrants… et aussi des seniors. 18,2% des personnes ayant appelé le 115 de Paris avaient plus de 50 ans. Les raisons qui laissent un senior à la rue sont nombreuses. Cela peut être une perte de revenu liée à la retraite, une séparation ou la mort d’un conjoint.
Pour leur venir en aide, le Samusocial de Paris a développé la mission Interface. Référent des seniors, elle les accompagne pour trouver une solution adaptée à chaque personne. Le dispositif est composé de 2 coordinateurs sociaux et d’un médecin. Ils accompagnent les personnes ainsi que les équipes sociales et médico-sociales du projet de la personne jusqu’à l’entrée en établissement et même au-delà en trouvant des relais pour rompre la solitude.

Leur mission est la suivante : 
- Favoriser l’accès des personnes âgées sans-abris aux structures de droit commun, en proposant un appui aux structures d’hébergement et médico-sociales.
- Développer la connaissance des acteurs sociaux sur les dispositifs d'aide aux personnes âgées et les ressources à solliciter.
- Recueillir des données pour améliorer l’accompagnement des personnes âgées sans–abris et être force de proposition pour alimenter les propositions d’évolutions des dispositifs ou de simplification des démarches.

Cibles
Des trentenaires urbains, situés en Île-de-France.

Objectifs
Le Samusocial de Paris souhaitait :
- Consolider sa notoriété concernant sa mission d’aide aux personnes qui sont à la rue.
Sensibiliser le grand public sur sa mission spécifique auprès des seniors de plus de 50 ans.
Générer des dons auprès d’une cible trentenaire prioritairement en île-de-France.

Réponse créative

Point de départ
Nous vivons dans une société où il ne fait pas bon vieillir… De nombreux moyens sont mis en oeuvre pour encourager à rester jeune.
Pour autant, les seniors ne se reconnaissent pas dans les clichés attribués aux seniors.
En réalité, 50 ans est l’âge à partir duquel le bien-être est en hausse constante.
À 60 ans, la retraite est le moment où l’on est enfin libre d’avoir de nombreux loisirs, de voyager, de s’occuper de ses petits-enfants.
Et 70 ans est l’âge où l’on se soucie le moins des effets du vieillissement.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les seniors n’ont pas de problème avec le fait de vieillir.

Insight
Un senior qui se retrouve à la rue est un senior qui est privé de sa vieillesse.
Sur le plan culturel, il est privé du bénéfice de sa retraite, du plaisir de voir ses petits enfants.
Sur le plan naturel, il est privé du droit inaliénable au vieillissement, ne serait-ce qu'en voyant ses rides dans le miroir de sa salle de bain. 

Angle stratégique
Un senior à la rue ne doit donc pas seulement vieillir dans la dignité, il doit d’ores et déjà simplement pouvoir vieillir.

Idée
Afin de répondre au double enjeu de sensibilisation et d’appel au dons, le message est clair : Donnez-leur les moyens de vieillir.

Mise en place opérationnelle
Sans Définitions Fixes. On n’a pas la même définition des choses lorsqu’on vit à la rue.
Si pour de nombreuses personnes, certains conforts paraissent évidents voire acquis, rien n’est moins sûr pour un sans domicile fixe. En hiver comme en été, être à la rue est une réalité qui nous échappe, les évidences sont parfois trompeuses. 
Avec la campagne d’activation Sans Définitions Fixes, l’idée était de construire une grille de mots croisés dont les définitions ont un double sens. Par exemple : « En 3 lettres, endroit où l’on dort ». Alors que l’on tend à penser à LIT, on découvre qu’il s’agit en fait de RUE. « En 4 lettres, on l’a au dessus de la tête ». TOIT ? Non : PONT. Ainsi, au fil des 13 définitions de la grille, on découvre qu’on n’a pas la même définition des choses lorsqu’on vit dans la rue. 
Cette grille de mots croisés a pris place sur le recto / verso d’une page du journal 20 Minutes, généralement distribué à la sortie du métro. Les lecteurs du journal ont pu découvrir une page de mots croisés un peu déroutante. Au recto, une grille de jeu vide, laissée libre à l’imagination des lecteurs. Au verso, une grille avec les « solutions » où l’on découvre que les mots associés aux définitions n’étaient pas ceux que l’on pense a priori. Un film a été ensuite activé en digital reprenant l’ensemble de l’opération orchestrée.

Lien web

Crédits

  • Annonceur : Samusocial de Paris
  • Agence : JOSIANE
  • Catégorie : Print
  • Président : Laurent Allias
  • Directeur de création : Baptiste Thiery
  • Directeur artistique : Emma Barrus
  • Concepteur-rédacteur : Benjamin Coché
Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par