Addiction aux swipes : Abricot propose une détox dating

Abricot

L'appli Abricot, lance #DetoxDating, un mouvement qui appelle à un renouveau de la rencontre en ligne. "65% des utilisateurs d'apps de rencontres s'inscrivent en espérant trouver l'amour. Pourtant, les cinq leaders du marché n'en ont que faire : ils mettent en place des mécanismes d'addiction, dans le but de nous rendre accro et de maximiser leurs revenus. Pour nous, quand on s'appelle app de rencontres, c'est soit de l'hypocrisie, soit de la schizophrénie" explique Antoine Géraud, co-fondateur d'Abricot, "nous ne détestons pas le numérique, bien au contraire. Pour nous c'est une révolution incroyable. Mais nous nous battons pour que la technologie soit utile à l'humain, nous nous battons contre la solitude connectée. Pour cela, nous avons créé une application de rencontres détox. Une appli qui met la technologie au service des célibataires. Vous ne trouverez chez Abricot aucun mécanisme d'addiction. Nous avons purifié l'expérience pour en garder l'essence : des rencontres de qualité, en chair et en os. Et la preuve ultime que nous n'avons pas pour objectif de rendre captif nos membres : ils nous paient à la satisfaction. Nous avons tous en tant qu'acteurs du dating une responsabilité énorme : nous supplantons petit à petit les moyens de rencontre traditionnels : famille, religion, travail, cercles d'amis. Nous nous devons d'être à la hauteur". Sacrée promesse ! Une promesse qui la forme d'un manifesto vidéo et d'une pétition demandant aux applis de rencontre se rémunérant au temps d'usage "qu'elles informent clairement des mécanismes d'addiction qu'elles mettent en place et des risques encourus par leurs utilisateurs". Les applications de rencontres se rémunérant au temps d'usage étant basées sur les mêmes mécanismes et comportant les mêmes risques d'addiction que les jeux d'argent et de hasard, "nous demandons à ce que le devoir d'information et de prévention, en vigueur dans le décret n° 2010-624 du 8 juin 2010 pour les jeux d'argent et de hasard, soit étendu aux applications de rencontres".

Abricot

L'un des phénomènes d'addiction, le plus puissant, est  celui de la récompense aléatoire conceptualisé par le psychologue Skinner dans les années 50 et l'un des outils les plus puissants que les géants d'internet utilisent pour rendre leurs utilisateurs addict. La recherche montre que le corps sécrète d'importantes quantités de dopamine dès lors que le cerveau s'attend à une récompense. Quand cette récompense devient aléatoire, cela multiplie l'effet de plaisir. Ce côté aléatoire est donc mis en scène par les applications de rencontres, vous récompensant de nombreuses fois au début, puis en les rendant de plus en plus rares, afin de vous frustrer...et de vous rendre accro. C'est exactement le même principe qui est appliqué aux machines à sous où, même quand on gagne on veut rejouer pour voir si on peut gagner de nouveau. "Les applications de rencontres travaillent ainsi à vous faire rester assis à la table de jeu le plus longtemps possible". Lancée en 2017, l'app de dating Abricot n'utilise ni le swipe ni le chat.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par