Blablabus ?

La nouvelle du rachat de Ouibus par Blablacar n'a pas étonné les observateurs de la mobilité. La SNCF se débarrasse d'une activité déficitaire - En 2017, les pertes de la compagnie d'autocars atteignaient 35 millions d'euros, sur un chiffre d'affaires de 55 millions - et BlaBlaCar récupère un nouveau réservoir de croissance avec des bus. La plateforme de covoiturage a parallèlement lancé une augmentation de capital de 101 millions d'euros, à laquelle va participer la SNCF. Les liaisons de Ouibus vont concrètement être intégrées à l'offre de BlaBlaCar et le site oui.sncf va proposer ses solutions de covoiturage l'an prochain. Une étape importante dans la transformation de son application, encore très ferroviaire, en un "compagnon personnel de mobilité" ouvert à d'autres modes de transport, pour se déplacer de porte à porte. BlaBlaCar a commencé à tester des liaisons en bus pendant la grève des cheminots au printemps (notamment avec Ouibus). Ces expériences ont montré "qu'on est capable de remplir les bus, tandis qu'on ne désemplit pas les voitures" explique Nicolas Brusson, le directeur général de Blablacar cité par l'AFP. "Au contraire, on a des voitures qui se remplissent mieux, et on augmente la part du gâteau passagers pour tout le monde", dit-il, évoquant un "cercle vertueux". Il évoque "une sorte de réseau parfait" avec les bus à bas prix qui permettent de transporter davantage de passagers et le covoiturage pour la proximité et les liaisons moins fréquentées.  "BlaBlaCar ne rachète pas Ouibus pour arrêter le bus", souligne Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus. L'enjeu, c'est de "se développer beaucoup plus vite, beaucoup plus fort, en injectant un maximum d'offre, avec la plus grande puissance de distribution possible. L'enjeu, pour être très clair, c'est de la croissance en France. On va mettre plus de bus", quitte à "supprimer certaines lignes moins fréquentées". Ouibus devrait aussi changer de nom au profit de "l'équivalent de BlaBlaBus". Le choix du nom n'a pas encore été effectué.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par