Une campagne de Greenpeace contre les "bla bla" sur le climat dérange

Greenpeace - Strike

Greenpeace France lance une nouvelle campagne, conçue avec l’agence Strike avec Fix Studio, pour dénoncer l’inaction climatique des décideurs politiques. Malgré l’urgence, la régie Mediatransports et plusieurs cinémas n’ont pas accepté de diffuser cette campagne. À travers un de 60 secondes, un dispositif d’affichage et une diffusion numérique, la campagne illustre le décalage entre les discours et les actes des décideurs politiques. " Dans un contexte où les alertes des scientifiques se succèdent pour expliquer que nous sommes la dernière génération à pouvoir agir, il est surprenant de constater que Mediatransports considère des affiches rappelant l’urgence climatique comme indignes du métro parisien, alors que les compagnies aériennes par exemple y développent des campagnes d’ampleur, incitant les voyageurs à prendre l’avion comme d’autres prennent le métro" souligne Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. Alors que le public place l’urgence climatique en tête de ses préoccupations et commence à changer ses comportements, cette campagne rappelle simplement sur qui reposent les principales responsabilités. Pour l’agence Strike, récemment fondée par Jérôme Gonfond (précédemment directeur de création de l’agence la chose, les gaulois et Leo Burnett), " c’est l’impact de ces promesses non tenues que nous avons voulu illustrer avec des images fortes. Les discours sont là, mais aucune mesure capitale n’est prise pour que les plus grands pollueurs de la planète fassent immédiatement face à leurs responsabilités et arrêtent de détruire notre écosystème". Si la campagne a été refusée dans le métro parisien, et dans certains cinémas, elle est cependant visible à Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier et Toulouse. Un dispositif web a également été conçu pour une mobilisation en ligne qui aura notamment pour objectif d’inviter les internautes à diffuser massivement le film, participer aux marches pour le climat du 14 mars et à s’engager avec Greenpeace via une page dédiée sur le site de l’organisation. "Il y a urgence et le gouvernement ne cesse de le répéter. Le problème, c’est qu’ils le disent à nous. Ils nous culpabilisent et se rangent du côté des lobbies. Ils déportent la solution sur des comportements individuels au lieu de se tourner vers les entreprises pour les obliger à se transformer"ajoute Pierre Bellefleur, en charge de la stratégie à l’agence Strike.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par