Dans le dressing de Sarenza, il n'y a pas que des chaussures

Sarenza- la chose

Virginie Boudet, head of brand and communications de Sarenza, décrypte le nouveau positionnement "Live your life with style" imaginé par la chose.

Des pieds à la tête. C'est en substance le nouveau positionnement de Sarenza. De "Serious about shoes", le site devient "Serious about shoes & clothing". Ainsi, en parallèle des 600 marques de chaussures, Sarenza propose désormais une soixantaine de marques textile (10 000 références) pour femme, homme et enfant (dans 29 pays en Europe) cette saison . On peut y trouver les historiques Nike, Bensimon, Le Coq Sportif et de nouvelles entrées comme Tommy Hilfiger, Cyrillus, K-Way et des marques plus créateurs comme Garance, Free people et FRNCH. "Nous sommes toujours "shoes centric" et partons du principe qu'un look peut se définir d'abord par les chaussures" explique Virginie Boudet, head of brand and communications de Sarenza, "c'est un virage stratégique pour nous. Elargir notre offre au prêt-à-porter apporte de la valeur ajoutée à la marque". Cette extension du territoire du vestiaire est testée depuis le mois de février sur le site qui comptabilise plus de 100 millions de visites (2018). Une audience en or pour affiner les propositions de la nouvelle offre. " Pour les chaussures comme pour le textile, le leitmotiv de Sarenza reste le même depuis plus de dix ans" continue Virginie Boudet, "soit une mode audacieuse, décomplexée, impertinente et accessible. Avec notre agence la chose nous avons affiné notre stratégie de positionnement, désormais défini comme le haut du mainstream". Sarenza séduit une clientèle majoritairement féminine (60% des clients) de 25 à 45 ans et son cœur de cible, c'est la femme de 35 ans CSP+ dont le panier moyen s'élève à 80€ pour les chaussures et 120€ avec le prêt-à-porter. "Concernant l'offre textile, nous sommes sur une offre de mode dite essentielle ou bolder. Soit de belles pièces sur lesquelles miser pour embellir son quotidien" décrypte encore la directrice de la marque. Une offre qui est éditorialisée - à la manière des rubriques que l'on trouve dans la presse féminine - pour inspirer des looks à partir des chaussures. Sarenza - dans le giron de Monoprix depuis mai 2018 - bénéficie de l'expertise de la nouvelle filiale Monoprix Online dirigée par Nathalie Mesny. L'objectif est d'imposer Monoprix comme un leader du e-commerce mode, beauté et déco.

Live your life with style

Pour mettre en images (et en son) ce virage stratégique, la chose a  été retenue pour imaginer la nouvelle narration de Sarenza. Sous la houlette créative de Fabien Teichner, directeur de la création (qui a récemment rejoint l'agence) qui  explique être "très heureux d’accompagner cette marque emblématique dans cette étape majeure de son histoire pour asseoir sa position de leader du commerce online Français.” Pour Virginie Boudet, "nous étions sur la même longueur d'onde avec l'agence. Nous sommes des pure players ...Ce qui induit un comportement et des méthodes de travail très flexibles et intuitives. Nous avons travaillé ensemble dans un état d'esprit complémentaire, à la manière des start-up. Le talent créatif de l'agence a pu s'exprimer d'une manière très fluide". Le film, réalisé par Karim Ansel (un expert de la mode représenté par La Pac), diffusé sur le digital, sera appuyé par trois visuels print co-réalisés par le studio Sarenza, à partir du 2 octobre prochain.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par