DU DIRE AU FAIRE : LA CAMPAGNE DE COM’ SE MET AU VERT

EXAPRINT

Entre louange de la sobriété énergétique, tendances du low fashion, chasse aux suremballages et rapport accablant du GIEC, les marques, même les plus éloignées d’un positionnement écoresponsable, ne peuvent échapper à l’adoption de nouveaux réflexes dans leur stratégie de communication print. Si nombre d’entre elles, tous secteurs confondus, surfent sur les appellations et autres éléments de langage issus du greenwashing, les consommateurs et clients réclament des faits avérés et des preuves engageantes. Communiquer sans avoir à se justifier commence par choisir les bons canaux mais aussi les outils. 

EN AMONT, LA RÉDUCTION 

On tient le concept, on a déterminé les profils, reste à orchestrer les supports de communication sans gaspiller d’énergie et, tant qu’on y est, d’encres. C’est la proposition de l’imprimeur montpelliérain Exaprint qui livre quelques conseils et astuces pour profiter au maximum de ce que peut offrir son catalogue de produits personnalisables. Écoconception, un terme qui s’applique aussi aux arts graphiques, en optimisant chaque impression à partir du design même. Gestion des couleurs, taux d’encrage par surface et choix typographiques basse consommation, un cocktail tout droit sorti des préceptes du less is more. 

RECYCLABILITÉ & TRAÇABILITÉ 

Exigences croissantes, les labels et certifications associés à l’industrie graphique sont désormais le point différenciant des marques. Il s’agit de confier les projets de communication à un partenaire relevant des mêmes constats environnementaux que ceux de la marque. Traditionnellement associés aux appels d’offres des collectivités, le recours aux labels papetiers, la fabrication locale et/ou française et le développement de gammes de produits écoconçus dépassent peu à peu l’effet de mode constaté à l’issue de la crise sanitaire de 2020 pour devenir des fondamentaux de toute campagne de communication qui souhaite s’inscrire dans le temps. 
 

RÉVEIL DES CONSCIENCES IMPRIMÉES 

La guerre silencieuse entre partisans du digital et fervents défenseurs de la communication imprimée voit ses contours s’estomper sous l’effet de regain d’intérêt pour l’impact observé d’une lecture sur papier. Choisir une brochure personnalisée plutôt qu’une campagne d’emailing se fait en connaissance de cause, portée par des études qui démontrent que les pollueurs ne sont pas toujours ceux qu’on incrimine. Afin d’accompagner ses clients dans le désamorçage de préjugés, l’imprimeur Exaprint s’est pris au jeu du vrai/faux à travers 8 idées reçues qui collent à la page du print. Reste à retrouver l’équilibre entre l’immédiateté du digital et la crédibilité d’un discours imprimé. 

À lire aussi

Filtrer par