Italia Mania : qu'en pense Andrea Stillacci ?

Andrea Stillacci - Herezie

Quatrième rendez-vous avec notre saga "Italia Mania" avec le témoignage d'Andrea Stillacci, président fondateur du groupe Herezie. Il évoque Barilla,  Ennio Morricone et l'amore...

L'Italia Mania qui déferle sur la France s'intensifie, ou n'est-ce qu'une impression ?

 Andrea Stillacci : les vitrines et les allées du BHV accueillent la rentrée en nous plongeant totalement dans le Design Italien. Il y a 5 mois, le temple de la gastronomie italienne "Eataly" ouvrait ses portes au cœur du Marais. Ennio Morricone a reçu une ovation sans fin à l'Accor Hotel Arena pendant que des visiteurs se pressaient pour voir l'exposition exceptionnelle du Caravage au Musée Jaquemart-André. Depuis le début de l'année les Festivals du Film Italien ont touché les villes de Nantes, Annecy, Toulouse, Grenoble... La réponse à votre question est définitivement "Si" !

Qu'est-ce que les marques italiennes peuvent nous apprendre ?

Andrea Stillacci : en un mot, elles peuvent nous apprendre "l'amour". L'amour du craft, l'amour des détails, l'amour de la qualité, l'amour des matériaux, l'amour des ingrédients, l'amour des gens, l'amour de l'innovation, l'amour de la beauté, l'amour des rêves, l'amour pour l'amour.

Laquelle d'entre elles mène, selon vous, une stratégie remarquable en France ?

Andrea Stillacci : je pense que ce que fait Barilla en France est extrêmement intéressant. Après l'Italie et les Etats-Unis, la France est leur marché le plus important et ils ont réussi à maintenir une attention égale, une réelle continuité des racines italiennes aux épis de blé français. Au cours des six dernière années Barilla a investi près de 200 millions d'euros dans ses filiales françaises, et parallèlement, a consacré une quantité incroyable d'énergie à partager dans tout le pays la richesse unique de la véritable culture italienne des "pâtes". Un pont entre les deux pays à l'image d'une fourchette en quelque sorte.

                                               Lire ou relire les trois premiers épisodes : ici, et ancora qua

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par