Nespresso vise la poubelle jaune

Nespresso - Sidèse

L’aluminium est 100% recyclable. À Paris, il est désormais possible de recycler les capsules Nespresso, ainsi que tous les petits emballages en acier et en aluminium, en les triant dans la poubelle jaune. Pendant la première quinzaine de juillet, la marque sensibilise les Parisiens au travers d’une campagne imaginée par l’agence Sidièse, en partenariat avec Citeo et le Club de l’Emballage Léger en Aluminium et en Acier (CELAA). Après Rennes, Nice, Perpignan, La Rochelle, Rouen, Châteauroux, Nîmes, Strasbourg, Pau … c’est désormais la ville de Paris qui propose à ses habitants de recycler leurs capsules Nespresso, comme tous les autres petits emballages métalliques, en les triant simplement dans la poubelle jaune. La campagne est visible en affichage (près de 1500 panneaux abribus, kiosques, métro, Monoprix),  en display,  sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter #NespressoAgit),  dans les boutiques Nespresso de Paris (déclinaison imaginée par l’agence FutureBrand, du Groupe McCann)  ainsi qu’en communication directe aux clients Nespresso. "Nous avons pensé cette campagne comme une incitation collective au geste de tri des Parisiens. L’aluminium est 100% recyclable et mérite d’être recyclé. C’est pourquoi nous avons co-créé et cofinançons la filière collective de recyclage de tous les petits emballages métalliques. Le fait que le recyclage des petits aluminiums en poubelle jaune arrive enfin à Paris est pour nous une étape importante dans ce déploiement. Désormais, près de 25% de Français bénéficient de cette solution, ils seront près de 50% dès 2022. Nous pensons qu’être une entreprise du 21ème siècle implique de savoir porter des messages éco-citoyens et collectifs. Nous sommes d’ailleurs touchés que nos partenaires Citeo et le CELAA aient accepté de co-signer cette campagne avec nous » explique Nathalie Gonzalez, directrice marketing et communication de Nespresso France.

Financer la filière

En France, les petits emballages inférieurs à 6 cm de diamètre, quel que soit leur matériau, ne sont pas recyclés. Les centres de tri ne sont pas équipés pour les récupérer. Ils sont donc soit enfouis, soit incinérés.
La solution ? Installer une machine à "courant de Foucault", qui sépare les aluminiums des autres emballages, dans chaque centre de tri. Nespresso a donc initié, et co-finance toujours, la première filière de recyclage des petits emballages en acier et en aluminium en France, qui bénéficie aujourd’hui à près de 15 millions de Français. En cherchant une solution pour ses capsules, Nespresso a donc trouvé une solution pour tous les autres petits emballages métalliques (petites canettes, petits aérosols, plaquettes de médicaments, bougies chauffe plat, barquettes en aluminium, emballages de fromages pour enfants, opercules, tubes de dentifrice…)
La marque a rassemblé au sein du CELAA (Club de l’Emballage Léger en Aluminium et en Acier) des acteurs privés comme le Groupe Bel, Coca-Cola, La Boîte Boisson, Materne… et publics, comme Citeo, l’Ademe, l’Association des Maires de France pour inciter les centres de tri à s’équiper, Nespresso et Citeo cofinancent la filière avec comme objectif que plus aucun petit métal ne soit enfoui en France.  Cinq ans après, les résultats "sont très encourageants" précise Nespresso avec déjà près de 25% des Français peuvent jeter tous leurs petits emballages métalliques dans leur poubelle jaune. Ils seront près de 50% dès 2022. Et le taux de recyclage de l’aluminium a progressé de 32% en 2012 à 42% en 2017, soit la plus forte progression tous matériaux confondus.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par