Une consultation pour poser les bases d’un journalisme de confiance

Reporters sans frontière (RSF), l’Union européenne de Radio-télévision (UER), l’Agence France-Presse (AFP) et le Global Editors Network (GEN) se sont associés afin d’établir des normes professionnelles dans le cadre de la « Journalism Trust Initiative » (JTI). Après des échanges entre plus de 120 experts, représentant des organes de presse, des associations de consommateurs, des entreprises de technologie, des organismes de réglementation et des ONG, les partenaires ont adopté au cours d’un atelier de travail JTI au siège de l’UER à Genève un document officiel de normalisation définissant les indicateurs d’un journalisme de confiance. « Le respect de ces indicateurs devrait donner des bénéfices tangibles à tous les organes de presse et leur fournir ainsi le soutien nécessaire pour garantir un espace d’information global sain et crédible », indique RSF.

Un document amené à évoluer

Les différents partenaires ont mis en place ce qu’ils ont appelé un « outil de référence pour un code de bonne conduite transparent ». Ce document, qui s’intitule « Accords des ateliers du CEN », établi avec le concours de l’AFNOR –  organisme national de normalisation en France – est une ébauche et est amené à évoluer : une consultation publique de trois mois devra permettre « d’enrichir et d’étoffer les normes à mettre en place ». Le document comprend une liste de critères en matière de transparence, de professionnalisme et d’éthique, considérés par les acteurs de la JTI comme étant les pratiques essentielles et d’excellence assurant la fiabilité des organes de presse.

Modification ouverte jusqu’en octobre 2019

« La consultation publique de cette ébauche permet d’assurer une importante collaboration au document qui sera finalement publié, et constitue le volet critique de toute procédure de mise en œuvre d’une normalisation », explique RSF. Le grand public et les communautés professionnelles sont invités à soumettre leurs amendements jusqu’en octobre 2019, sur le site du CEN. Un outil interactif en ligne s’ajoutera prochainement au dispositif. La révision finale de l’accord est prévue pour la fin de l’année, pour une publication définitive début 2020. Le document sera destiné à apporter les éléments nécessaires à la prise de décision en matière de distribution et de consommation de l’information, à la fois humaine et algorithmique, mais aussi en matière de dépenses publicitaires « et, ainsi, récompenser un journalisme digne de ce nom – une logique qui, jusqu’à présent, ne bénéficiait d’aucun outil pour être facilitée ».

« Les bonnes pratiques doivent être traduites selon les codes d’Internet »

« Ce n’est pas sorcier de définir les principes journalistiques fondamentaux. Depuis que le journalisme existe, il existe de nombreux codes éthiques. Le problème majeur, c’est la distribution algorithmique du contenu en ligne, parce qu’elle n’inclut pas de ‘facteur d'intégrité’ et elle amplifie tout ce qui s’oppose à ces normes professionnelles – le sensationnalisme, les rumeurs, les mensonges et la haine. Par conséquent, les bonnes pratiques de la profession du journalisme existantes doivent être traduites selon les codes d’Internet » a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par