Affaire Fun Radio : les radios privées à boulet rouge contre Médiamétrie

L’audition, mercredi au Sénat, du président de Médiamétrie Bruno Chetaille sur le « cas » Fun Radio accusée d’avoir gonflé ses mesures d’audience a fait bondir les groupes Lagardère, NextRadioTV, NRJ Group, Skyrock ainsi que Les Indés Radios. Dans un communiqué commun, ils indiquent en effet avoir pris connaissance de ses déclarations devant la représentation nationale avec « stupeur ». Ils pointent ainsi sa déclaration où il souligne à la fois que « cette affaire est d’abord l’expression d’un conflit des radios entre elles » tout en arguant que Fun Radio a commis « une infraction à l’article 7 qui implique le respect d’un certain nombre de clauses de comportement». « Si conflit il y a, il est né de la violation contractuelle grave commise » par la radio du groupe RTL, relèvent-ils. De même, le communiqué rappelle que contrairement aux déclarations de M. Chetaille qui indiquait que Médiamétrie n’avait pas été alerté jusqu’à la mi-juin dernière,  un « constat d’huissier a consigné un tweet posté sur le compte Twitter de Médiamétrie en décembre 2015  les alertant sur les incitations réitérées de l’animateur de Fun Radio à mentir à Médiamétrie », plaident-ils. S’ils constatent que Médiamétrie « regrette qu’il n’y ait pas eu plus de veille », le communiqué des groupes radio souligne quant à lui  qu’il est « en effet infiniment regrettable que Médiamétrie n’ait pas assuré cette veille, ou n’en ait pas tiré les conséquences, et paraisse s’en dédouaner totalement ».

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par