Campagne anti adblocks du Geste : ‘’résultats encourageants, mais inquiétants ‘’

Une campagne d'un mois pour inciter les internautes à désactiver leurs logiciels bloqueurs de publicité s'est soldée par des résultats en demi-teinte, selon le Geste, qui représente les éditeurs de contenus et de services en ligne. Cette campagne menée du 5 septembre au 5 octobre par 30 éditeurs (comme L'Equipe, Le Monde, L'Express ou Deezer) qui ont bloqué leurs contenus totalement ou partiellement pour les internautes équipés d'"adblocks", a eu "des résultats encourageants, mais inquiétants", note le Geste dans un communiqué. Ces éditeurs, qui représentent une part de marché de 66%, voulaient sensibiliser les internautes en rappelant que les bloqueurs de publicité leur font perdre des revenus publicitaires et menacent leur modèle économique. Si 18% des utilisateurs ont désactivé leurs adblocks pour pouvoir accéder au contenu qu'ils souhaitaient consulter, libérant près de 38% de pages vues publicitaires, 76% des utilisateurs finissent par réactiver leurs adblocks. La moitié le font même dans les 24 heures qui suivent la désactivation et les trois quarts dans la semaine, selon l'étude d'impact réalisée par la start-up Adback.

Plus d'un tiers des éditeurs veulent poursuivre cet effort de sensibilisation et vont continuer à mettre une place un blocage partiel ou total des contenus pour les internautes qui sont équipés d'un bloqueur de publicité, a indiqué le Geste. "Nous avons constaté que les internautes savent parfaitement activer et désactiver cet outil ; la désactivation n'est pas acquise, il faut donc continuer le dialogue" avec les lecteurs, a souligné Laure de Lataillade, directrice générale du Geste à l'AFP.

Cette campagne, qui succède à une opération d'une semaine en mars, était "unique, puisqu'aucun autre pays n'a fait une action coordonnée de l'ensemble des éditeurs sur une telle durée", a souligné Antoine Ferrier-Battner, fondateur de la start-up française Adback. La jeune pousse qui a mis en pratique la campagne anti-adblocking a pu analyser les données de 250 millions de sessions uniques.   Trois internautes français sur dix en France sont équipés de logiciels bloqueurs de pubs, selon une étude Ipsos de début mars. Cette pratique coûte chaque année entre 15 à 20% du chiffre d'affaires publicitaire des éditeurs français.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par