Canal+ : Maïtena Biraben obtient plus de 3,4 M€ aux prud’hommes

Canal+ continue de payer pour "Le Grand Journal" un an après sa suppression : la chaîne a été condamnée aux prud'hommes à verser plus de 3,4 millions d'euros à l'ex-animatrice du "Grand Journal" Maïtena Biraben pour l'avoir licenciée en 2016 sans "cause réelle" ni "sérieuse". L'animatrice avait accepté en 2015 de prendre les commandes du "Grand Journal", émission phare de la chaîne, à la demande de Vincent Bolloré, qui venait de prendre le contrôle de Vivendi, maison-mère du groupe. Après une forte chute d'audience, la journaliste avait été écartée de l'émission à l'été 2016, au bout d'une seule saison, puis licenciée en juillet pour "faute grave", ce qui empêchait le versement des très fortes indemnités prévues dans son contrat. Le conseil de prud’hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a statué : le licenciement de l'animatrice était sans "cause réelle" et "sérieuse" et ouvre donc le versement de ces indemnités et rattrapages de salaire pour un total de plus de 3,4 millions d'euros. Les prud'hommes ont accordé à Maïtena Biraben 2.550.000 euros au titre de cette indemnité de rupture, 510.000 euros à titre de dommages et intérêts pour licenciement "sans cause réelle et sérieuse", le paiement de son préavis à hauteur de 162.500 euros, 138.356 euros d'indemnité de licenciement, le paiement de sa mise à pied soit 38.456 euros et des congés payés afférents, a précisé l'avocate de l'animatrice, Claire Fougea. Aujourd'hui animatrice sur la radio RMC (14h-16H), Maïtena Biraben, 51 ans, réclamait 4 millions d'euros à la chaîne cryptée. Les parties peuvent faire appel. (avec l’AFP)

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par