Deux motions de défiance contre la réorganisation de Livre Hebdo

livre

Les journalistes de Livres Hebdo ont voté deux motions de défiance et lancé une pétition contre le projet de réorganisation du magazine professionnel, qui prévoit un passage au tout-numérique et la suppression de plusieurs postes au sein de la rédaction, a-t-on appris mardi. Les deux motions de défiance (qui dénoncent le plan) ont été votées vendredi lors d'une assemblée générale. Elles "traduisent la profonde inquiétude des journalistes quant à leur avenir et à celui de leur journal", ont rapporté le Syndicat national des journalistes (SNJ) et la Société des journalistes (SDJ) dans un communiqué commun. La société Electre, qui détient le magazine, a annoncé début janvier un projet de réorganisation qui repose sur le passage de Livres Hebdo à une diffusion 100% numérique, et la suppression de 7 postes, sur les 14 que compte sa rédaction (le magazine compte au total 17 salariés, hors pigistes). Pour Electre, il s'agit d'"adapter" le magazine, "structurellement déficitaire depuis plusieurs années", à "l'évolution de la demande de ses clients et de rétablir son équilibre économique". Mais pour le SNJ et la SDJ, ce plan risque de conduire à un "démantèlement" de Livres Hebdo, en affaiblissant la qualité de son offre. "Il s'agit d'une destruction de la valeur de la marque Livres Hebdo dont son actionnaire devrait s'inquiéter", soulignent-ils, en annonçant par ailleurs le lancement d'une pétition intitulée "Livres Hebdo en danger", sur le site Change.org, pour recueillir des soutiens. L'hebdomadaire, considéré comme la Bible des libraires, éditeurs et bibliothécaires, est diffusé uniquement sur abonnement, et compte environ 6.500 abonnés à sa version papier.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par