Droits TV : Canal+, beIN Sports et la LFP s’entendent, finalement...

football
(© Nathan Rogers, unsplash)

La Ligue de football professionnel (LFP) et ses diffuseurs Canal+ et beIN Sports ont annoncé vendredi un accord pour le versement des droits TV des matches de L1 et de L2 déjà disputés, qu'ils refusaient de payer jusque-là. Pour les clubs, c'est un soulagement : plusieurs millions d'euros vont bien leur être reversés, dans un contexte économique tendu en raison de l'épidémie du nouveau coronavirus qui a mis à l'arrêt les compétitions et donc, fermé le robinet des recettes. Quatre présidents de club choisis par le Bureau de la LFP, Nasser Al-Khelaïfi (Paris-SG), Olivier Sadran (Toulouse), Jacques-Henri Eyraud (Marseille) et Jean-Pierre Rivère (Nice), ont mené les discussions avec les deux chaînes qui avaient suspendu fin mars leurs paiements. La chaîne cryptée avait refusé de payer quelque 110 millions € - dont une partie (43 millions €) était due car elle correspond à des matches déjà joués, selon plusieurs dirigeants -, et beIN Sports dont Al-Khelaïfi est aussi le patron, 42 millions €.

Si aucune somme n'a été révélée vendredi, la LFP confirme que l'accord avec Canal+ porte "sur le montant du règlement relatif aux matchs des Championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 déjà diffusés" dans son communiqué. Selon L'Équipe, cela correspond à 37 millions d'euros. "Merci aux quatre présidents pour la qualité du dialogue. Nos discussions se poursuivent sur la reprise, avec pour ambition de préserver le spectacle et la santé de tous", a réagi sur Twitter Maxime Saada, le patron du groupe Canal+. Un ton qui tranche avec celui adopté début avril. "On applique strictement le contrat et on ne voit pas pourquoi on ferait autrement : Canal+ n'est pas une banque", expliquait à l'AFP la direction de la chaîne. Les droits TV, qui représentent près de 36% des recettes des clubs de L1 pour la saison 2018-2019, sont de loin leur plus grande source de revenus, selon le rapport de la DNCG, le gendarme financier du football français.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par