Franck Riester lance le « plan séries »

seriemania

Le ministre de la Culture Franck Riester s'est engagé mercredi au festival Séries Mania de Lille à soutenir la création de séries avec un nouveau plan de soutien et a salué la réforme du droit d'auteur, "première étape d'une responsabilisation des plateformes". "Les séries font partie de nos vies, elles ont un impact considérable sur nos imaginaires : alors les séries françaises doivent représenter la France telle qu'elle est, dans sa diversité", a estimé le ministre, annonçant le lancement d'un "plan séries" élaboré par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Saluant l'organisation du festival Séries Mania, choisi par le ministère pour devenir "le" grand festival français du genre, il a jugé que "la France (était) une terre de séries, et je veux qu'elle le soit davantage encore".

Il s'est réjoui de l'adoption mardi par les eurodéputés de la réforme du droit d'auteur : "cette directive ne changera rien pour les internautes, mais elle changera la vie de millions de créateurs". "C'est un premier pas vers une plus grande responsabilisation des plateformes ; vers un meilleur partage de la valeur liée à la diffusion des œuvres en ligne, au bénéfice des créateurs".  "Je veux que nous transposions la directive droit d'auteur et qu'elle entre en vigueur le plus rapidement possible", a-t-il assuré, ajoutant que la partie relative aux droits voisins était déjà en cours et que la proposition de loi serait inscrite à l'Assemblée nationale le 9 mai. Le reste du texte figurera dans la loi audiovisuelle, qu'il présentera en conseil des ministres à l'été.

S’adapter aux enjeux du numérique

Dans cette nouvelle loi il y aura un "volet important de transformation de l'audiovisuel public" pour qu'il "s'adapte aux enjeux du numérique", un volet pour "relancer la lutte contre le piratage" notamment le streaming illégal. La Hadopi, le Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique et le CNC vont ainsi lancer une "mission de promotion et d'encadrement des technologies de reconnaissance de contenus", pour s'assurer de l'efficacité de ces outils amenés à être utilisés dans le cadre de la réforme du droit d'auteur. La loi audiovisuelle permettra aussi de transposer la directive dite SMA qui mettra à contribution les plateformes dans le financement d'œuvres françaises et fixe un quota de 30% d'œuvres européennes.

Une mission sur la réglementation audiovisuelle

Le ministre annonce également une nouvelle mission sur la réglementation audiovisuelle, confiée à Laetitia Recayte et Dominique Boutonnat, qui s'ajoutera à plusieurs rapports parus ces derniers mois.   Il s'agira aussi de rééquilibrer la fiscalité des plateformes face à celle des chaînes : "C'est un enjeu d'équité fiscale, de neutralité technologique et économique, mais aussi de simplification, pour garantir un financement de la création clairement compréhensible, légitime et adapté aux nouveaux usages et aux nouveaux modes de diffusion".

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par